mardi 6 juin 2023
Home | ACTUALITES | IUTS sur les primes et indemnités des agents du public : Les syndicats déterminés à faire reculer le gouvernement

IUTS sur les primes et indemnités des agents du public : Les syndicats déterminés à faire reculer le gouvernement

Les Syndicats des travailleurs burkinabè ont rejeté une nouvelle fois l’application de l’Impôt unique sur le traitement des salaires (IUTS) sur les primes et les indemnités des agents du public. Ils ont réaffirmé cette position ce mardi 3 mars 2020 à Ouagadougou au cours d’une conférence de presse. Bassolma Bazié et ses camarades ont rappelé leur détermination à se battre afin d’obtenir non seulement la suppression de l’IUTS sur les primes et indemnités des agents du public, du para-public et du privé ; mais aussi la restitution des sommes retenues.

Ce n’est certainement des niches qui manquent pour renflouer les caisses de l’État burkinabè. Au cours de ce face-à-face avec les médias, Bassolma Bazié et ses camarades ont dit leur incompréhension vis-à-vis du gouvernement qui est prompt à pressurer « les pauvres travailleurs » et se montre « complaisant envers les acteurs des secteurs à fort potentiel fiscal. » et ferme les yeux sur les scandales de corruption et de fraude qui se suivent à un rythme soutenu. Ils ont indiqué à titre illustratif que le restes à recouvrer que les entreprises doivent à la DGI s’élèvent à plus de 400 milliards de franc cfa, alors que la fraude sur la TVA fait perdre des centaines de milliards par an à l’État. Aussi, « les prêts indûment contractés par des anciens ministres, députés, présidents d’institutions, personnalités morales non encore remboursés s’évaluent à plus de vingt milliards de franc cfa. ».

Les syndicats estiment donc que le gouvernement n’a donc aucune raison de détruire le pouvoir d’achat des travailleurs, qui croulent déjà sous le poids de diverses taxes. C’est pourquoi, Bassolma Bazié et le siens ont fait savoir que les mesures annoncées pour faire face à cette « décision politique impopulaire », prise lors d’une session ordinaire du MPP en septembre 2019, sont maintenues et pourraient se renforcer si la situation l’exigeait. Ainsi, la marche-meeting du 7 mars prochain devrait se tenir à la date prévue malgré la lettre envoyée par la ministre en charge de la Femme, Marie Laurence Marshall, invitant « humblement » Bassolma Bazié à surseoir à cette marche.

Bassolma Bazié répond à Marie Laurence Marshall

Oui, la CGT-B a bien reçu une correspondance du Ministre en charge de la Femme, Marie Laurence Marshall. Dans cette correspondance, Marie Laurence Marshall a demandé à Bassolma Bazié de surseoir à la marche-meeting du 7 mars 2020 afin de permettre aux femmes de commémorer la Journée internationale de la Femme. Selon Bassolma Bazié, cette correspondance est la preuve d’une incompétence de la ministre et de sa méconnaissance de l’histoire de la commémoration de cette date symbolique dans la lutte des femmes pour leur émancipation. « Ce qui est très douloureux, c’est qu’au niveau des postes de responsabilités que les gens occupent, ça pose aussi la question qualité des nominations. L’exigence dans la gouvernance, la sincérité dans la gouvernance, la vertuosité dans la gouvernance ne sont pas à comparer à des apparats corporels. » a indiqué le porte-parole des syndicats qui insiste sur le maintien de la marche-meeting du samedi prochain.

Gouvernement observateur

Depuis l’entrée en lutte des agents du public, le gouvernement burkinabè n’a pas encore pris langue avec les différents syndicats. Cela semble ne pas étonner les structures syndicales. Elles estiment que les autorités sont dans leur logique de gestion des crises qui se traduit dans un premier temps par la diabolisation des luttes des travailleurs et des structures syndicales aux yeux des populations. Ce n’est qu’à l’issue de l’échec de cette étape de la diabolisation que les autorités se décident d’approcher les travailleurs pour des négociations. En entendant, les syndicats maintiennent leurs mesures afin d’exiger du gouvernement la suppression de l’IUTS sur les primes et indemnités des agents du public, du para-public et du privé.

226infos.net

Suppression de postes à venir dans la fonction publique : les chauffeurs et les agents de liaisons

Check Also

Compte rendu du Conseil des ministres du 16 avril 2020

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 16 avril 2020, en séance …