mercredi 12 décembre 2018
Home | ACTUALITES | Burkina: Un atelier pour diagnostiquer les contours de la vidange manuelle

Burkina: Un atelier pour diagnostiquer les contours de la vidange manuelle

La question de la  vidange manuelle était à l‘ordre du jour  d’un atelier tenu, ce mercredi 17 février 2016, à Ouagadougou. Il s’est agi lors de la rencontre de restituer les résultats d’enquêtes sur la question faites auprès de 400 ménages et de mettre les acteurs autour de la table pour une meilleure prise en compte de cette activité.

VIMAPRO est le nom du projet qui devrait durer deux ans avec pour objectif de mieux prendre en compte les questions d’assainissement            . Le projet est initié par l’association des jeunes pour le développement durable au Burkina Faso en collaboration avec le réseau projection. L’atelier tenu le mercredi est la seconde étape du projet, la première étape ayant été l’étude menée auprès des populations cible.  La cérémonie de restitution a regroupé des acteurs tels les vidangeurs, la municipalité. Quant à l’Etat, à travers ses différents ministères en charge de la question et des ONG devrait analyser les faits et aboutissants de cette étude.

Pour Félicie Guillard responsable Afrique de l’ouest  du réseau Projection, cet atelier est très important dans la conduite du projet. «  C’est la toute première rencontre depuis le démarrage du projet. Tous les acteurs se retrouvent ici donc pour échanger sur ces questions. Beaucoup d’études ont été menées sur  comment mieux appuyer l’association des vidangeurs manuels », précise-t-elle.

Félicie Guillard
Félicie Guillard du Réseau Projection

A cet atelier, le ministère de l’Eau et de l’Assainissement  a été représenté par Sarah Oubda de la direction générale de l’assainissement des eaux usées et excréta  (DGAEUE). Pour elle, cet atelier vient à point nommé, car les résultats de cet atelier pourront être très bénéfiques à leur endroit. « Nous nous inscrivons dans un processus de collaboration et d’organisation de cette filière qui est un peu délaissée. Nous avons pour objectif de faire une stratégie nationale de gestions de bout de vidanges et cela sera vraiment  intéressant que l’on puisse exploiter les résultats de ce projet que cela soit du côté urbain ou rural.» confie Sarah Oubda

Sarah Oubda
Sarah Oubda, présidente de l’ABASE

La vidange manuelle, une activité très fréquente à Ouagadougou

Sur cette question de vidange manuelle, les vidangeurs sont les premiers concernés. Réunis en association au sein de l’association burkinabè pour la sauvegarde de l’environnent (ABASE), ils ont pris une part active à cette rencontre. Pour Bandé Halidou président de l’ABASE, c’est une tribune offerte pour eux de pouvoir mettre à nu leurs préoccupations qui ne cessent de croitre de jour en jour. « La vidange manuelle est une activité très fréquente à Ouagadougou, et nous aimerions nous faire entendre par l’autorité afin que nous soyons aussi priss en compte. Cet atelier est la bienvenue en ce sens et nous sommes très heureux d’y participer.», se réjouit le Président de l’ABASE

226infos.net

Check Also

Message du Ministre des Transports à l’occasion de la Journée internationale de l’aviation civile

Le 07 décembre de chaque année, la Communauté aéronautique mondiale célèbre la Journée internationale de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *