mardi 25 septembre 2018
Home | ACTUALITES | Croissance des Etats d’Afrique subsaharienne/2015 : le taux le plus faible depuis 2009 enregistré, selon Afica’s pulse

Croissance des Etats d’Afrique subsaharienne/2015 : le taux le plus faible depuis 2009 enregistré, selon Afica’s pulse

Depuis le 05 octobre 2015 le dernier rapport ‘’Afica’s pulse’’ est connu. Pour restituer cette publication, la Banque mondiale a organisé une vidéoconférence entre les six pays du groupe francophone, dont le Burkina, en direct du bureau de Washington.

 Il est ressorti de ce rapport que la croissance a ralenti dans les pays d’Afrique subsaharienne en raison d’un environnement économique moins favorable, soit 3,7%, taux le plus faible depuis 2009.

Mariam Diop, économiste-pays de la Banque Mondiale Burkina a expliqué que l’objectif de ce rapport est de faire ressortir des tendances et des questions générales en Afrique. Pour elle la croissance pourrait améliorer la vie des populations en réduisant leur pauvreté, certes, mais cela ne pourrait être possible si la redistribution de la croissance n’est pas ‘’inclusive’’.

En ce sens Punam Chuhan-Pole, économiste en chef par intérim de la Banque Mondiale pour l’Afrique a ajouté que  « le ralentissement de la croissance s’explique par la chute brutale des cours du pétrole et des autres matières premières ». Elle a ensuite souligné que d’autres facteurs exogènes ont pesé sur les performances économiques de l’Afrique, à l’image du ralentissement de l’économie chinoise et le durcissement des conditions financières au niveau mondial.

Même si de façon générale  la croissance n’est pas au beau fixe dans la majorité des pays d’Afrique subsaharienne, Africa’s Pulse prévoit que « certains  pays continueront d’afficher une croissance robuste« . C’est le cas de la Côte d’Ivoire, de l’Ethiopie, du Mozambique, du Rwanda et de la Tanzanie.

« L’instabilité politique, obstacle de la croissance des pays africains »

Selon les conférenciers, des efforts conséquents doivent être faits par les Etas dans des domaines clés. Entre autres, ils ont suggéré l’investissement dans de nouvelles capacités de production électrique, la gestion des sécheresses et de leurs conséquences sur l’hydroélectricité, la  modernisation des entreprises publiques de distribution.

 La Banque mondiale a aussi précisé que « l’instabilité politique sape et mine la croissance des pays africains » tout en prenant le cas express du Burundi et du Sud-Soudan en exemple. Pour rappel Africa’s pulse est une publication semestrielle de la Banque mondiale qui analyse les perspectives économiques de l’Afrique subsaharienne. Rendez-vous est pris pour mars 2016, date de la publication du prochain rapport.

Lire aussi

Sahel : Une patrouille de la gendarmerie tombe dans une embuscade

  Des éléments de la gendarmerie nationale à bord d’un véhicule ont essuyé des tirs …

Un Commentaire

  1. J’aurai pu faire la même analyse, sans être diplômé d’aucune sorte, mais je n’aurai jamais utilisé l’adjectif « inclusif » qui a de vieux relents et qui ne rajoute rien au creux de ce discours! La croissance disent-ils. En oubliant sciemment que nous vivons dans un monde fini, qui englobe tant de matières première et pas plus La croissance dont ils parlent, ne peut être éternelle, donc ne peut être un modéle. Si nous dévorons tels des hyènes ce capital commun à l’humanité, comme l’occident en donne l’exemple, avec son lot de destruction et de pollution tous azimuts, qu’allons-nous laisser à nos générations futurs? (des déchets radioactifs d’une durée de vie de plusieurs dizaine de milliers d’années, déjà dispersés aux quatre coins de la planète , sans parler de ceux que « certains » continuent à produire tous les jours, au nom de la sacro sainte « croissance » et course au progrès)
    L’économie dominante est prédatrice, tant pour l’environnement que pour l’homme.
    Laissons au peuple déterminer ses besoins dans la priorité! La santé, l’enseignement et la souveraineté alimentaire du pays (par exemple) s’imposent à l’avantage des citoyens et des citoyennes, pour une plus grande autonomie du pays.
    Pourquoi devrions nous tous être tributaire des aléas boursiers et spéculatifs sans vergogne? Qui décide, de la politique ou de l’économie? Les pays de l’OTAN, sous la domination des USA, risquent d’être complètement dominés par l’économie, si ils s’accordent sur l’alliance économique entre Canada, Mexique et États Unis d’Amérique(AELA) avec l’Europe. Ces accords se discutent à Genève dans le plus grande clandestinité, puisque presque rien ne transparaît dans les médias, ce qui est un grand signe de démocratie! Je ne sais pas ce qu’ils ont à cacher, mais il semblerait, par quelques fuites fortuites, que les États seraient soumis à de nouveaux tribunaux, aux quels, pourraient poser plainte les multinationales !
    Les intérêts privés (avec leur lot d’actionnaires), pourraient donc attaquer des Nations pour des manques à gagner.
    Par exemple, le peuple Suisse à voté un moratoire sur les Organismes Génétiquement Modifié (vrai), si leurs accords venaient à passer, Monsanto serait en mesure d’attaquer la Suisse en justice et exiger des milliards de dollards en dédommagement pour manque à gagner (faux jusqu’à aujourd’hui encore). Voilà les projets fous qui se discutent dans le dos des peuples Européens. Ce qui est rassurant, c’est que sont dans le secret des Dieux, les présidents de ces nations, qui ne « peuvent « en informer leur peuple. On croit faire un cauchemar, mais ce n’est « que » la réalité…
    Tout ça pour dire qu’il y a sûrement beaucoup d’autres voies possibles et plus saines que le modéle dominant, qui vient vous donner des « conseils » depuis Washington. Les vempires parlent aux brebis.
    Pas jeune Afrique, mais la jeunesse africaine, doit continuer à affirmer ses propres Valeurs, ses valeurs traditionnelles, revisitées, ou pas, son identité culturelle et sa spécificité Africaine avec fierté! Ne devenez pas comme nous (toubabs), de dociles et soumis consommateurs, ou tout du moins hypnotisés par des croyances clairement galvaudées de pseudo-démocratie , où de fait, les valeurs humaines se substituent à celle de l’argent, où tu ne fais que de moins en moins de distinction entre ses peuples, tant ils s’alignent sur un même modèle, de consommation et d’exploitation bien sûr !
    Malgré tout, je crois en un monde meilleur et beaucoup de gens aussi, c’est pourquoi nos yeux se portent sur vous, qui avez déjà fait jusqu’à aujourd’hui , des pas de géant. J’ose affirmer, en toute humilité, que vous saurez trouver de la solidarité de par le monde, car nous n’aurons de futur que ensemble!
    Avec mes amitiés et un grand respect..
    Fred

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *