mardi 14 août 2018
Home | ACTUALITES | Transition- Burkina Faso : Zida reste Premier ministre, le Président assure la Défense, le MATDS scindé en deux

Transition- Burkina Faso : Zida reste Premier ministre, le Président assure la Défense, le MATDS scindé en deux

Après les consultations du Cadre de concertation des sages (CCS), les Burkinabè attendaient fébrilement la décision finale du Président de la Transition, Michel Kafando, qui marquerait le dénouement de la crise qui secoue la composante armée de notre Nation notamment la tension entre le Premier Isaac Zida et ses frères d’armes. Ces derniers avaient demandé le départ de tous ses éléments des organes de la Transition. Au lendemain du ramadan, Michel Kafando décide de s’adresser à ses compatriotes ce soir, du jeudi 16 juillet 2015.

L’essentiel de son message que nous avons retenu pour nos lecteurs :

– Le Premier ministre Zida reste à son poste

– le Ministère de la Défense attribué au Président du Faso

– Le ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation  et de la Sécurité (MATDS),sera divisé en deux ( MATD et Sécurité)

– le Burkina Faso se conformera à la décision de la cour de la CEDEAO concernant le code électoral

En attendant le décret de nomination du Premier ministre pour les deux postes ministériels, il sera difficile de savoir si le Ministre Barry restera en place ou non.

Intégralité du Discours

Mes chers Compatriotes, 

Je m’adresse encore une fois à vous pour vous entretenir de la grave situation nationale qui secoue notre pays.

Le Cadre de Concertation des Sages que j’ai chargé de continuer les négociations, entamées par moi-même depuis deux semaines avec les différentes composantes des Forces vives pour dénouer la crise, a fini ses travaux et m’a remis hier ses conclusions.

Je remercie ces dignes fils du pays, les Sages du Cadre de concertation qui, comprenant le danger auquel notre pays est exposé, ont mis à contribution leur expérience, leur amour de la patrie, et œuvré, trois jours durant, à m’aider, que dis-je, à aider notre pays à sauver la paix.

Je le dis tout net, il n’est pas juste que pour des intérêts divergents, notre Armée nationale dont c’est la mission de protéger la paix au Burkina Faso, en vienne à être le perturbateur de la paix au Burkina Faso. Où est donc cette armée nationale, cette armée modèle à laquelle on se réfère tant dans les missions de maintien de la paix à l’extérieur ?

Trois fois, en l’espace de sept mois de Transition, nos institutions ont vascillé à cause des dissensions au sein de l’Armée. Trois fois, nous avons été au bord de l’explosion avec toutes les conséquences que cela aurait comporté.

J’espère que les décisions que j’ai prises dans l’intérêt supérieur de la Nation, contribueront à régler de façon définitive cette situation déplorable qui met en jeu la crédibilité même de notre pays.

  1. J’ai décidé de maintenir le Premier Ministre en poste, convaincu qu’à trois mois des élections, tout bouleversement à ce niveau ne ferait que perturber la saine préparation des élections, avec pour risque majeur d’allonger les délais de notre engagement à organiser le scrutin à bonne date.
  2. Le Ministère de la Défense, jusque-là détenu par le Chef du Gouvernement, sera désormais confié au Chef de l’Etat, Président du Faso. Cette mutation devrait pouvoir régler les questions de dysfonctionnement et surtout de frustrations au niveau de l’Armée.
  3. Le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Sécurité sera scindé en deux départements ministériels distincts :
  • celui de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation ;
  • et celui de la Sécurité.

Dans un tout autre domaine, c’est l’occasion pour moi, s’agissant du verdict de la Cour de Justice de laCEDEAO sur le nouveau Code électoral, d’affirmer que le Burkina Faso, en tant que nation civilisée et respectueuse de l’autorité de la chose jugée et de ses engagements internationaux, et dans un souci d’apaisement social, se conformera au verdict de la Cour.

Mes chers Compatriotes,

Nous venons de dénouer ainsi la crise la plus longue et la plus grave de notre histoire.

Je me réjouis que ces décisions interviennent sous les auspices de la fin du jeûne du Ramadan.

C’est le signe manifeste que cette décrispation est placée sous le sceau de la Divine Providence.

Les prières et les supplications que chacun de vous, quelle que soit sa confession religieuse, a fait monter vers le Ciel, ont donc trouvé grâce auprès de Dieu. Qu’il en soit toujours ainsi.

Je saisis l’occasion pour souhaiter à la Communauté musulmane dans son ensemble, à nos frères et sœurs musulmans, une bonne fête de l’Aïd El Fitr.

Vive le Burkina Faso dans la fraternité,

Vive le Burkina Faso dans la paix et la concorde nationale.

Michel KAFANDO

Président du Faso

Président de la transition, Chef de l’Etat

Lire aussi

Insécurité – Est du Burkina : Des gendarmes et un civil tués

Cinq gendarmes burkinabè et un civil ont été tués ce samedi 11 août 2018 après …

Un Commentaire

  1. Sage decision Mr le President.Puisse Dieu benisse le Burkina Faso!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *