samedi 20 octobre 2018
Home | ACTUALITES | Vie chère au Burkina : La CCVC appelle à une journée nationale de protestation, le 04 février

Vie chère au Burkina : La CCVC appelle à une journée nationale de protestation, le 04 février

 

Dans une conférence de presse animée ce jeudi 29 janvier 2015 à l’Education ouvrière, la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) a appelé ses structures à protester le mercredi 04 février 2015 sur l’étendue du territoire national contre le prix des hydrocarbures et le manque de gaz butane. La CCVC dénonce la volonté du gouvernement de transition de mettre les conséquences de la mauvaise gouvernance du régime déchu sur le dos de la population.

Dans une lettre adressée au gouvernement, la CCVC avait proposé que le prix des hydrocarbures soit soumis à une baisse de 100 à 150 F CFA minimum compte tenu de la baisse du prix de baril sur le marché international afin de soulager la population burkinabé. « La CCVC est une structure responsable qui ne revendique pas parce qu’il faut revendiquer.

C’est pourquoi dans notre conférence de presse du 19 janvier 2015, nous avons démontré de façon mathématique et en tenant compte de tous les facteurs, qu’il devait avoir une baisse minimum de 150 F CFA » a rappelé le 1er vice-président de la coalition, Chrysogone Zougmore. Le gouvernement dans sa réponse à la revendication des syndicats avait proposé une baisse de 25 F CFA sur le prix du carburant.

Les syndicats qui exigeaient une « réduction significative » des prix des hydrocarbures et la disponibilité de gaz butane afin de soulager les « populations tenaillées par la vie chère » ont jugé cette «réduction dérisoire ». La coordination nationale de la CCVC, après appréciation de la situation, « a dénoncé ce refus du gouvernement de la transition de donner suite aux préoccupations de la population ».

C’est dans ces conditions que la coordination nationale de la CCVC a décidé d’appeler ses structures à protester le mercredi 04 février 2015 sur l’ensemble du territoire national. « Cette protestation se fera sous la forme d’un sit-in au siège du ministère de l’industrie, du commerce et de l’artisanat de Ouagadougou et dans les directions régionales dudit ministère dans les provinces» a précisé Chrysogone Zougmore.

Dans sa déclaration, la CCVC a :

  • réaffirmé son refus de faire payer par la population, les passifs laissés par les dignitaires de la 4eme république et exigé par conséquent que tous les auteurs de pillage, de fraude, de surfacturation et de détournement soient identifiés et traduits en justice ;
  • exigé du gouvernement une baisse substantielle des prix des hydrocarbures et l’approvisionnement en quantité suffisante du gaz butane ;
  • dénoncé l’absence de mesures urgentes pour réduire le fardeau des populations et de la volonté des responsables de la transition de s’octroyer des traitements indécents dans ce contexte post-insurrectionnel ;
  • exigé des autorités de la transition la prise de mesures pour réaliser un audit sérieux sur la gestion de la SONABHY.

Miyiéba Joseph LOMPO

Check Also

Procès du putsch : Le Général Diendiéré a dit avoir le « soutien de la hiérarchie militaire », selon Léonce Koné

Poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, complicité de coups et blessures, Léonce …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *