dimanche 27 septembre 2020
Home | ACTUALITES | Le mouvement « Kamb-Si-Yiangda » interpelle Mariam Sankara pour impulser la dynamique du renouveau sankariste

Le mouvement « Kamb-Si-Yiangda » interpelle Mariam Sankara pour impulser la dynamique du renouveau sankariste

Camarade Mariam Sankara,

Digne et intègre femme burkinabè,

Très chère mère, tante, sœur Mariam Sankara,

« Kamb-Si-Yiangda » (qui signifie en langue nationale « génération montante ou nouvelle ») est un mouvement associatif de jeunesse pour le changement social par l’action citoyenne. La renaissance citoyenne à laquelle aspire les kamb-si-yiangda se justifie après 27 ans d’un régime qui a sacrifié l’intégrité burkinabè (construit par Th. Sankara), sur l’autel de l’immoralité, la corruption, l’injustice, l’incivisme, etc. Après un quart de siècle de dérive sociale et sociétale, le changement de comportement et de mentalité en vue du renouveau national s’impose à tous.

Parce que pour que naisse le Burkina nouveau, il faut que naisse un nouveau type de citoyen burkinabè. Notre mouvement fonde son activisme sur l’héritage de Th. Sankara et encourage une renaissance citoyenne inspirée de Th. sankara comme modèle, repère et source d’inspiration. D’où le concept de « sankarisme citoyen » que notre mouvement prône et promeut depuis le lendemain de l’insurrection populaire, avec et au sein de la jeunesse héroïque du Faso. à travers des initiatives citoyennes pour l’intégrité au Burkina Faso.

Le Faso est à la croisée des chemins et a plus que jamais besoin d’un renouveau sankariste pour le salut du peuple. Vous avez un rôle important à jouer pour un rassemblement ou une alliance politico-citoyenne en vue de la construction et l’impulsion du renouveau sankariste dans la perspective d’une alternance vraie et d’un changement social véritable.

En vous, la jeunesse intègre du Faso voit en vous, un recours. C’est à ce titre que la présente lettre vous est adressée.

 

Camarade 1ère Dame du  Burkina Faso,

Digne et intègre femme burkinabè,

 

2014 aura été l’année ultime de la résistance nationale contre un régime qui depuis 27 ans règne avec malicité, injustice et rapacité sur le Burina, notre Faso. Pour comprendre les ferments de l’insurrection populaire des 30, 31 octobre qui ont entrainé la déchéance et la fuite du président Blaise Compaoré, il faut interroger l’âme et l’histoire du vaillant peuple burkinabè.

 

Les 30 et 31 octobre 2014, notre peuple uni, debout et révolté en mettant fin au pouvoir du président déchu, à réaffirmer son attachement à la démocratie, à ses valeurs fondatrices que sont l’intégrité et le patriotisme ainsi qu’à son aspiration profonde à un changement social véritable.

Cette révolution d’octobre 2014 en ouvrant le chemin vers des horizons meilleurs, rend cela désormais possible.

A travers une concorde nationale historique et révolutionnaire, notre peuple héroïque s’est consensuellement doté d’une Charte qui a permis d’entamer un processus de transition qui devra poser des bases nouvelles ou au moins en tracer les sillons, pour le Burkina nouveau. La transition en cours, ouvre également la porte à un regain de dynamisme dans les différentes chapelles politiques anciennes comme nouvelles, en perspective des échéances électorales prochaines qui consacreront la reprise d’une vie constitutionnelle normale.

Lorsqu’on connaît les forces politiques en présence au Faso, on comprend que seule une alternative sankariste est à même d’apporter le vrai changement et une vraie alternance au Pays des hommes intègres.

En effet, comment s’attendre à un vrai changement social, une vraie alternance, un renouvellement véritable de la classe politique dirigeante avec des partis dont les leaders sont tous originaires du pouvoir déchu de Blaise Compaoré.

Pourtant, ces partis, malgré leur lourd passif dans la gestion du pays pendant plus d’un quart de siècle, croient prendre de l’avance sur le terrain par leur agitation démagogique et se considèrent même hâtivement et à tort comme les favoris des prochaines élections. Oubliant que le peuple burkinabè est désormais mature; oubliant que le Burkina est une savane où on se connaît et se voit et se connaît tous; oubliant enfin que plus rien ne sera comme avant depuis le soulèvement populaire contre l’ensemble des acteurs d’hier et d’aujourdhui du système Compaoré.

 

Camarade Mariam Sankara

 

Cette montée fictive en puissance de ces partis contre-révolutionnaires, s’explique par une certaine virginité que leurs responsables tentent de se redonner parce qu’ayant quitté successivement le navire de Blaise avant son chavirement. Mais cette virginité qui n’est qu’apparente, analphabétisme et sous information aidant, passe souvent inaperçue au sein de certains populations.

De toute évidence, l’avènement de ces partis au pouvoir constituera un vrai détournement de la révolution des 30 et 31 octobre dont le message est assez clair et traduit l’aspiration profonde du peuple à un changement social par un renouvellement de sa classe politique en vue d’un Burkina nouveau avec une vraie démocratie, une autre gouvernance.

La conquête du pouvoir est un droit reconnu à tous, mais si  l’ancienne classe dirigeante des 30 dernières années n’a pas la sagesse de prendre sa retraite et de servir autrement leurs partis et le pays (après s’être servi aisément du peuple), nous jeunesse intègre du Faso nous assignons le devoir de les disqualifier. Et nous les disqualifierons coute que coute. On ne peut pas faire du neuf avec du vieux. Cela s’appellerait du recyclage or en la matière avec les hommes politiques, il n’y a pas de recyclage possible qui tienne. C’est peine perdu comme avec le chien, il ne changera jamais sa manière de s’asseoir.

Nous citoyens et jeunesse sankaristes convaincus, mais vivant notre sankarisme en dehors des partis politiques sankaristes pour diverses raisons, nous ne sommes pas dupes et ne laisserons pas duper notre peuple. Nous ne pouvons pas nous rendre complice et coupable du maintien au pouvoir de l’ancien ordre représenté aujourd’hui par les héritiers et autres compagnons de Blaise Compaoré qui après avoir stocké des moyens financiers colossaux, les utilisent aujourd’hui pour assouvir leur soif de pouvoir.

En réponse aux attentes des acteurs de la révolution et de nos martyrs et héros tombés les 30 et 31 octobre 2014 et bien avant le 15 octobre 1987 et le 13 décembre 1998, … il n y a de salut pour notre peuple qu’un renouveau national fondé sur la vision, les valeurs d’intégrité et les idéaux de Th. Sankara, votre époux, notre patrimoine politique national.

 

Camarade Mariam Sankara,

 

Partant de la popularité et de l’adhésion manifeste à l’ideal sankariste, nous pouvons affirmer sans risque de se tromper que les sankaristes unis, constituerons la première force (en terme de potentiel electoral) et la plus sure pour apporter le changement social veritable au Burkina Faso.

S’unir pour bâtir un meilleur vivre-ensemble au Faso à travers un renouveau sankariste, tel est le triple défis que notre grande famille aura à relever impérativement : Rassemblement – Renouveau sankariste – Renouveau national.

 

Pour comprendre la puissance potentielle de la Communauté sankariste, faisons un rapide état des lieux de la diversité typologique des sankaristes.

On distingue dans le sankarisme 2 grandes catégories: le « Sankarisme politique », et le « Sankarisme citoyen ».

> Le « Sankarisme politique » qui comprend les partis politiques d’obédience sankariste qui prône l’idéal sankariste et fondent leur programme politique sur le sankarisme. Au nombre de ces partis politiques sankaristes, on peut citer: l’UNIR/PS, le FFS, le PNUD, l’URD/MS, la Convergence de l’espoir, le CNR/MS, le PRIT Lanaya, l’ADR, …. A ce niveau, des tentatives de rassemblement existent mais ont abouti le plus souvent à des échecs. Des succès existent néanmoins avec la récente création du Front Progressiste Sankariste (FPS), une union de 3 partis politiques sankaristes. Il y a l’UREBA, un regroupement de trois partis sankaristes.

 

> Le « Sankarisme Citoyen », dans lequel peuvent être rassemblées des personnes ou groupes de personnes qui, en dehors de tout militantisme partiCratique, revendiquent la vision, les valeurs et les idéaux de Th. Sankara .

Dans cette catégorie de sankaristes, on peut classer des citoyens lambda, journalistes, artistes, des leaders d’opinion, des organisations de la société civile et autres mouvements citoyens. Parmi les OSC qui revendiquent l’idéal sankariste, peuvent être cités en exemples, des mouvements citoyens tels que le Balai Citoyen, le Mouvement Kamb-Si-Yiangda, la Ligue des Jeunes…. Il y a aussi la fondation Sankara, …).

 

Camarade Mariam Sankara,

 

Ce bref aperçu montre qu’il existe une diversité dans le sankarisme mais prenant tous, leur source en Th. Sankara considéré par tous comme héritage patrimonial  national. Aucune initiative réelle tendant à unir toute la grande famille des sankariste de tout bord n’a jamais été entreprise.

Pourtant au vu de la diversité des forces sankaristes (politique, citoyennes, …) qui existent, il est évident que l’union des sankaristes de tous les bords et de partout constituera un électorat potentiel dont le nombre en fera la 1ere force politique du pays permettant de conquérir et rendre le pouvoir au peuple en 2015 par les urnes.

 

La Transition en cours est une aubaine pour notre famille sankariste de se (re)constituer. Nous devons en saisir l’opportunité pour nous rassembler autour de la construction et l’impulsion du renouveau sankariste.

Aucune raison ne peut justifier une quelconque divergence interne entre sankaristes. Des divergences egoistes et sans fondement ont deçu, eloigné et dispersé pendant trop longtemps, la puissante force héritée de Th. Sankara.

Ces divergences ont affaibli le « sankarisme politique » mais grâce au « sankarisme citoyen » sans cesse grandissant, l’usure du temps n’a pas réussi à ranger l’idéal sankariste dans les placards de l’histoire.

La révolution sankarienne après plus de 25 ans reste plus que jamais vivace au sein de la vaillante jeunesse intègre du Faso ainsi que dans la mémoire collective, signe que le sankarisme est en attente de vrais héritiers dignes et sincères capables de surmonter des divisions sans raisons fondamentales, afin de continuer la lutte pour le bonheur de l’héroïque peuple intègre du Burkina Faso voire des peuples d’Afrique.

 

Après plus d’un quart de siècle de parcours sankaristes dans l’adversité du régime Compaoré, certains de nos camarades flanchèrent mais beaucoup ont résistés aux nombreuses tentations et intimidations de toute sorte visant à effacer de la mémoire collective l’image de notre héros national Th. Sankara oubliant, qu’on peut tuer un homme mais jamais, on ne peut tuer ses idées. Et ces idéaux-là, nous, jeunesse patriotique, nous les épousons. C’est cela qui fait de nous des « sankristes citoyens convaincus ».

Aujourd’hui la chute et la fuite de l’assassin de notre héros présage qu’enfin, justice sera faite. Pour nous, la meilleure façon de rendre hommage, justice et éternité à notre héros national, c’est de poursuivre coute que coute son combat pour l’avènement d’un Burkina nouveau par la restauration de l’intégrité, de l’identité et de la dignité burkinabè.

Pour tous ceux qui partagent l’idéal sankariste, continuer l’œuvre et le combat de Sankara, reste un immense défi. Ce heritage patrimonial qui se trouve être la plus grande chance de l’histoire politique de notre pays, voire de notre continent, reste malheureusement encore mal exploré et sous exploité.

 

Camarade Mariam Sankara,

Femme digne et intègre du Burkina notre Faso,

 

Thomas Sankara Stills 2
Le capitaine Thomas Sankara (Ph.DR)

L’héritage légué par votre époux est un grand trésor. L’homme a vu et dit juste en joignant l’acte à la parole. Il n’y pas d’autre chemin pour notre salut que par la vision, les valeurs et les idéaux prônés par Th. Sankara. C’est une question de bon sens. Notre héros a été assassiné mais pas ses idées. Nous avons le devoir de revisiter Th. Sankara, nous en inspirer pour mettre à jour, réactualiser sa vision afin de concevoir et impulser le renouveau sankariste.

Dans la perspective d’un renouveau sankariste et d’une renaissance nationale, plus rien, si ce n’est nous-mêmes les sankaristes, ne peut empêcher le sankarisme de prendre son envol vers Kossyam pour refonder un Burkina nouveau et intègre.

Pour ce faire, la construction du renouveau sankariste est impérativement nécessaire. Cela passe par la reconstitution de la grande famille sankariste. C’est ensemble, que nous pouvons, que nous devons nous, sankaristes, tous unis, porter ce lourd et riche heritage, et impulser la dynamique du renouveau sankariste en vue du Burkina nouveau post 2015.

Voilà le défi que nous avons le devoir de relever ensemble. Et en tant qu’épouse de notre guide, et ayant vous-même prouvé votre dignité de femme intègre burkinabè, vous constituez aujourd’hui le garant moral unanime et autour duquel pourra se rassembler tous les acteurs et toutes les composantes du sankarisme.

 

Camarade Mariam Sankara,

 

Relever le défi du renouveau sankariste, exigera de nous, un mélange de volonté, de lucidité et d’engagement sans précédent. La tâche de réactualisation du sankarisme sera peut-être plus exigeante que ne le fut celle des fondateurs eux-mêmes.

Et c’est dans cette optique que, à travers la présente lettre ouverte, nous, jeunesse intègre du Faso, réunie au sein de Kamb-Si-Yiangda (Mouvement sankariste 100% citoyen), vous lançons un vibrant appel afin que, dans les meilleurs délais, vous initiiez un processus inclusive visant à rassembler et organiser la famille diversifiée des sankaristes autour de la conception et l’impulsion du renouveau Sankariste en vue du Burkina nouveau post 2015. De façon concrète, les résultats attendus d’un tel processus salvateur sont entre autres:

1- une Communauté des Sankaristes-Unis pour le Renouveau (S.U.R) est née et

bien organisée ,

2- un Renouveau sankariste est impulsé et un Projet de société sankariste est élaboré et adopté de commun accord,

  1. une Candidature sankariste unique et consensuelle pour l’élection présidentielle est désignée,
  2. une liste commune des sankaristes aux élections locales est établie,

5- un agenda du processus du renouveau sankariste est établi.

 

Dans l’espoir de vous retrouver bientôt sur les chantiers du renouveau sankariste, recevez, très chère Mariam Sankara, l’expression de la haute et respectueuse considération des kamb-si-yiangda et de toute la jeunesse intègre du Faso.

 

En avant pour une alliance politico-citoyenne autour de Mariam Sankara pour concevoir et impulser le renouveau sankariste en vue du renouveau national et panafricain.

 

ICI Burkina, notre Faso!

 

Fait à Bobo-Dioulasso, le 26 janvier 2015

 

Pour le Mouvement Kamb-Si-Yiangda

Le Directoire national

CONTACT

Tél. : 75 21 05 42

Email : ksymouvement@gmail.com

Check Also

Compte rendu du Conseil des ministres du 16 avril 2020

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 16 avril 2020, en séance …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *