lundi 18 juin 2018
Home | ACTUALITES | Bilan de l’insurrection populaire : 24 morts, 625 blessés et 260 cas d’atteintes aux biens privés

Bilan de l’insurrection populaire : 24 morts, 625 blessés et 260 cas d’atteintes aux biens privés

Dans une conférence animée ce mardi 25 novembre 2014 au Ministère des affaires étrangères et de la coopération régionale, le comité ad ‘hoc sur les atteintes aux droits humains pendant la l’insurrection populaire a présenté les résultats de ses travaux à la presse. Présidée par Madame Clarisse Ouoba, enseignant chercheur à l’Université de Ouagadougou et conseiller technique au Ministère des affaires étrangères, le rapport a été présenté sur plusieurs plans.

En effet, sur le plan des atteintes au droit à la vie et selon les informations transmises au Comité par les Ministères de la santé et de la justice, sur la base des états fournis par l’ensemble des structures sanitaires par région et de ceux enregistrés par les services de police et de gendarmerie à la date du 20 novembre 2014, la situation des pertes en vies humaines fait ressortir au total, selon Clarisse Ouoba « dix-neuf (19) morts constatés et enregistrés dont 02 non identifiés ».

« Quatorze (14) personnes ont perdu la vie dans les structures sanitaires et cinq (05) ont fait l’objet de constat par les services de santé dans les domiciles » a-t-elle poursuivi. Les causes seraient liées selon le comité «aux complications des blessures par balles, à une noyade, à des asphyxies, aux complications de traumatismes et de brûlures graves ».

« 88% ont été enregistrés dans la ville de Ouagadougou »

Sur le plan des atteintes à l’intégrité physique et au droit de la santé, le comité a pu identifier six cent vingt-cinq (625) blessés présentant des lésions de toutes natures. « La plupart de ces cas, soit 88% ont été enregistrés dans les structures de santé de la région du centre, plus particulièrement dans la ville de Ouagadougou » selon le rapport qui précise que nombreux sont des blessés qui ne se sont pas présentés dans les services de santé.

Le comité ad hoc pour finir l’organisation d’une journée nationale d’hommage aux morts de l’insurrection populaire (Ph. 226infos)

Sur la situation des atteintes aux biens, le rapport fait cas de nombreux édifices publics dont certains représentatifs du symbole de l’Etat et de l’expression démocratique saccagés et/ou incendiés parmi lesquels il y a l’Assemblée nationale, la Télévision nationale ou de l’hôtel de ville de Bobo, etc. Le mouvement de protestation a aussi occasionné de nombreuses destructions de biens privés.

« 5 cas de décès à la MACO »

A cette étape dit Clarisse Ouoba « plus de 260 cas d’atteintes aux biens privés de diverses natures ont été enregistrés de manière officielle en référence aux sources qui ont été utilisées pour la compilation des données constitutives du présent rapport ».

« Il faut aussi déplorer, selon le comité, pour la journée du 30 octobre 2014 à la MACO, cinq (05) cas de décès, dont trois (03) consécutives à des tentatives d’évasion et deux (02) au confinement des détenus dans un bâtiment suite aux dégâts subits par le bâtiment principal dont le coût s’élève à 7 248 000 F CFA ».

Le comité ad hoc pour finir, recommande entre autre, l’organisation d’une journée nationale d’hommage aux morts de l’insurrection populaire, la poursuite et l’intensification des actions de sensibilisation des populations pour l’instauration d’une culture de civisme et de respect des droits humains, la prise de dispositions idoines afin d’apporter des réponses appropriées aux atteintes aux droits humains et la prise en compte du rapport du Comité ad hoc par la Commission Vérité, Justice et Réconciliation.

Miyiéba Joseph LOMPO (Stagiaire)

Lire aussi

Burkina Faso – Insécurité : Trois attaques simultanées perpétrées par des individus armés à l’Est et au Centre-Est

  Dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 juin 2018, entre 22 heures …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *