mardi 29 septembre 2020
Home | ACTUALITES | Burkina Faso : L’incompréhensible combat pour la libération de la femme à travers le vote de la loi sur un quota genre

Burkina Faso : L’incompréhensible combat pour la libération de la femme à travers le vote de la loi sur un quota genre

Les femmes burkinabè ne constituent pas une entité différentes de la société burkinabè en générale. Elles font partie intégrante de cette société ; de sorte que les problèmes et les difficultés qui assaillent cette société ne les épargnent point. Les problèmes qu’elles rencontrent au quotidien, sont les mêmes que rencontre toute la société burkinabè. Ainsi, il est entièrement illusoire de vouloir résoudre de façon spécifique les problèmes de la femme dans la société sans pour autant résoudre de façon pertinente les problèmes de cette société. Il en est de même pour les jeunes et pour toutes les autres entités de la société.

Les débats sur le vote d’un Quota genre à l’Assemblée nationale manquent de ce fait de profondeur. Les vaillantes femmes burkinabè n’ont pas besoin d’une quelconque loi pour se distinguer et avoir des postes électifs et nominatifs au Burkina Faso. S’en est de même pour les autres entités de la société. C’est d’ailleurs une prime à la paresse et au mépris des capacités et des qualités des femmes que de vouloir un Quota, « contraignant » en plus, pour les femmes. D’ailleurs que le combat pour le vote d’un quota genre apparaît beaucoup plus comme un combat d’égoistes. Autrement, en quoi es-ce que les conditions des femmes burkinabè seraient davantage améliorer avec l’adoption d’un quota genre, même s’il était contraignant ? Il y a là une intention de surfer sur les misères des femmes pour atteindre des buts non avoués.

Le problème que rencontrent les femmes burkinabè aujourd’hui est loin d’être lié à une question de non-représentativité, suffisante, dans les sphères de décision. Es-ce que avec 100% de femmes à l’Assemblée nationale et 100 % de femmes au gouvernement les femmes burkinabè verraient leurs conditions de vie s’améliorer de façon substantielle? Si nous estimons que c’est non, alors il faut dire clairement que le combat se trouve ailleurs.

Si oui, il faudrait d’abord demander aux hommes, qui sont bien représentés à l’Assemblée nationale et au gouvernement, si leurs conditions de vie au Burkina Faso est excellente et mieux que celle des autres entités de la société.

Sans rien enlever à la qualité des acteurs qui se battent pour que des femmes aient plus de sièges à l’Assemblée nationale et au gouvernement, et qui plaident moins pour que les fonds plus conséquents soient alloués au financement des activités rémunératrices des femmes, il faut conclure que le problème des femmes burkinabè est loin d’être lié à une question de quota et de ce fait, il faut changer de fusil d’épaule.

226infos.net

Check Also

Compte rendu du Conseil des ministres du 16 avril 2020

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 16 avril 2020, en séance …