mercredi 20 novembre 2019
Home | ACTUALITES | Burkina Faso – Lutte contre le terrorisme : Bourgou 4 arrive, les inquiétudes aussi

Burkina Faso – Lutte contre le terrorisme : Bourgou 4 arrive, les inquiétudes aussi

 

Une opération militaire conjointe dirigée par la force française Barkhane et deux compagnies de l’armée burkinabè sera bientôt lancée dans la zone des trois frontières (Burkina Faso, Mali, Niger). La Ministre en charge des Armées françaises, Florence Parly a fait l’annonce ce lundi 4 novembre 2019 à l’occasion de sa visite à Ouagadougou. Bourgou 4, nom de cette Opération militaire, devrait contribuer à améliorer la sécurité dans une zone qui tend de plus en plus à être un bastion, une chasse-gardée des obscurantistes armées qui sèment la terreur dans la bande sahélo-saharienne. Bourgou 4 veut donner l’espoir d’une éventuelle restauration de la quiétude dans cette partie de l’Afrique éprouvée par les attaques terroristes, mais n’empêche que le lancement de cette opération suscite des inquiétudes légitimes auprès des populations.

Les stratégies militaires de lutte contre le terrorisme dans les pays de la bande sahélo-saharienne sont pour l’essentiel basées sur la défensive. Les armées agissent plus dans la réaction que dans l’action, dans l’offensive. La nature de l’ennemi et ses stratégies ‘’militaires’’ aux antipodes de toutes les règles conventionnelles de guerre pourrait expliquer cette réalité, mais une guerre ne se gagne en restant sur la défensive. Il est d’ailleurs dit que la meilleure manière de se défendre, c’est d’attaquer. C’est justement en cela qu’il faut saluer l’offensive militaire qui sera menée dans la zone des trois frontières.

Cacophonie militaire

Bourgou 4 ne constitue pas en elle-même un problème, seulement elle laisse une fois de plus croire qu’il y a une cacophonie dans la lutte contre le terrorisme. Il n’y a aucune harmonisation des actions militaires à engager pour détruire l’hydre terroriste. Et ce manque criard d’organisation de la lutte profite pleinement aux groupuscules terroristes, qui eux semblent avoir une cohérence dans leurs actions. La France veut être la pièce maîtresse de la lutte contre le terrorisme dans la bande sahélo-saharienne, cela joue sur l’efficacité des armées nationales puisque les autorités de ses pays préfèrent implicitement compter sur les interventions françaises périodiques en lui et place de faire de leurs armées le fer de lance de la lutte contre le terrorisme. C’est justement pourquoi la Force militaire du G5 Sahel reste encore l’ombre d’elle-même. Pour plus d’efficacité dans la lutte contre le terrorisme, la Force militaire du G5 Sahel aurait bien pu conduire cette opération Bourgou avec tous les moyens financiers, humains et logistiques qui vont avec. La Force du G5 Sahel peut et doit coordonner toutes les actions militaires dans la région du sahel allant du Mali, au Niger en passant par le Burkina Faso. Et dès ces instants, les opérations militaires sectaires comme Doofu au Burkina Faso doivent s’imbriquer dans le cadre d’une plus vaste opération militaire pilotée par le G5 Sahel. Le tout est de travailler à éviter une certaine désorganisation dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, car cette réalité ne profitera qu’aux groupuscules terroristes. Et pour peu que les États tiennent à leur souveraineté et à leur dignité, le travail ne coordination de la lutte contre le terrorisme ne peut être confié ni à la France, ni à tout autre pays non membre du G5 Sahel.

Bourgou 4 est en tout cas déjà en cours. Des espoirs sont affiliés à cette opération, mais aussi des craintes. Il est au moins certain que cette Opération militaire française donnera du tournis aux groupuscules terroristes. Ils seront bombardés et leurs capacités seront mises à rude épreuve ; mais il ne faut pas se leurrer Bourgou 4 ne mettra pas un terme au terrorisme dans cette partie de l’Afrique. Cette opération militaire française ne saurait le faire parce qu’aucune opération militaire française en Afrique de l’Ouest n’a réussi l’exploit de mettre un terme au phénomène du terrorisme. Ces opérations ont toujours offert une joie éphémère dans un premier temps aux populations, et plonge par la suite ces populations dans un cycle infernal qui va durer des années. Ce ne sont pas les libyens qui diront le contraire. Les maliens eux restent sans voix.

226infos.net

Check Also

Bourgou IV: 24 terroristes abattus, 64 véhicules saisis

Du 1er au 17 novembre, la force conjointe du G5 Sahel, les forces armées du …