jeudi 19 septembre 2019
Home | ACTUALITES | Burkina Faso : Agir pour sauver l’essentiel

Burkina Faso : Agir pour sauver l’essentiel

 

Le Burkina Faso se porte mal. C’est de l’euphémisme que de le dire. L’existence, l’intégrité même du pays est mise à mal par des obscurantistes armés qui gagnent en confiance au regard des actes criminels et subversifs qu’ils posent en toute impunité. Face à ses obscurantistes se trouvent un peuple encore très divisé avec à sa tête une classe dirigeante qui est plus ou moins perdue dans la définition de ses priorités.

Le 16 septembre prochain, plusieurs Organisations syndicales et Organisations de la société civile battront le pavé pour dénoncer un certain nombre de maux qui minent le Burkina Faso et les burkinabè. Le Gouvernement n’a pas donné sa caution pour cette marche, mais Bassolma Bazié et ses camarades veulent bien tenir cette marche qui interviendra le jour même de la commémoration du 4ème anniversaire du Coup d’Etat manqué de septembre 2015.

Les partisans de la marche et les non partisans travaillent chacun de son côté avec dévouement pour le triomphe de sa cause. L’argument brandi du côté des non partisans de la marche est essentiellement de deux ordres : cette marche ne respecte pas les textes, donc elle est illégale, et deuxièmement elle ne devrait se tenir au regard du contexte sécuritaire précaire que connait le  pays. Et c’est du revers de la main qu’est balayé cet argumentaire par les partisans de la marche. C’est justement en raison de la précarité de la situation sécuritaire et de ses énormes conséquences directes et indirectes sur les burkinabè entre autres que doit se tenir cette marche, selon des partisans de la marche.

La perspective de cette marche et l’ébullition sociale constatée rappelle encore à quel point les burkinabè sont divisés. La véhémence des propos des uns et des autres laissent comprendre que la République n’est pas seulement menacés par l’action des Groupes armés terroristes, elle l’est également par l’incapacité des burkinabè à pouvoir s’unir face à l’essentiel.

Si l’urgence de la situation sécuritaire ne parvient pas unir les burkinabè autour du Président Kaboré, c’est qu’il faut que le Président Kaboré adopte une autre posture, celle-là qui convaincra les burkinabè qu’il est un Chef de guerre farouchement engagé à éradiquer le terrorisme au Burkina Faso et à offrir les possibilités de développement à sa population. Il ne convaincra pas par ses discours, mais par des actes forts et engagés qui sauront du même coup instaurer une gouvernance vertueuse au Burkina Faso. Aujourd’hui ne serait-ce que l’affaire du charbon fin fait perdre au President Kaboré un peu d’estime aux yeux de certains burkinabè, pour qui dans un pays en guerre le Chef de l’Etat ne saurait tolérer une telle arnaque. S’il n’y a effectivement pas d’arnaque, il faut bien que le gouvernement agisse contre tout ce qui se dit autour de cette affaire qui implique le Ministre Idani. Si le Président a des doutes sur l’implication ou non du Ministre Idani dans cette affaire, il faut bien qu’il soit remplacé pour qu’il puisse se défendre face aux juges.

226infos.net

Check Also

Redevances TNT : Les télévisions privées payeront 75 millions de FCFA par an pour diffuser leurs programmes sur le territoire national

Le comité de pilotage de la télévision numérique de terre (TNT) s’est réuni ce mardi …