mercredi 29 janvier 2020
Home | ACTUALITES | Burkina Faso: Un week-end rouge sang

Burkina Faso: Un week-end rouge sang

 

Au moins 30 personnes ont été tuées au cours du week-end écoulé dans trois attaques différentes.

Dans la nuit du vendredi au samedi 7 septembre 2019, des individus armés ont assassiné un chef de la Confrérie des Dozos dans le Sourou. Mande Douôtché a été tué dans le village de Di, localité située à une trentaine de kilomètres du Mali. Ce chef Dozo était très respecté dans la région, était également un guérisseur traditionnel.

C’est au Centre-Nord que revient cependant la triste palme de l’horreur de ce week-end. Deux attaques terroristes coûteront la vie à 29 personnes dans cette région, première région militaire du Burkina Faso. La première attaque a visé un convoi d’aide humanitaire constitué de tricycles chargés de vivres pour les déplacés de Barsalgho. Entre Kelbo et Dablo, le convoi a été attaqué par des individus armés. Le bilan parle de lui-même : 14 personnes tuées. 7 tricycles détruits. Le Gouvernement dans un communiqué a indiqué qu’il mettra tout en oeuvre pour sécuriser les convois d’aide en destination des déplacés.

Toujours dans le Centre-Nord, un car de transport en commun a sauté sur un engin explosif artisanal dans la localité de Guiendbila faisant au moins 15 morts. C’est la première fois qu’un car de transport en commun est attaqué à l’explosif par les obscurantistes armés.

Au total, le bilan macabre de ce week-end fait état de 30 personnes tuées par des individus armés. L’essentiel des victimes a été enregistré dans la première région militaire du Burkina Faso et dans une région impactée par l’opération militaire Doofu.

226infos.net

Check Also

Burkina Faso : Des populations civiles de plus en plus ciblées par les groupes terroristes

Les populations civiles sont devenues les cibles privilégiées des groupes armés terroristes qui sévissent au …