vendredi 20 septembre 2019
Home | ACTUALITES | Burkina Faso: Un week-end rouge sang

Burkina Faso: Un week-end rouge sang

 

Au moins 30 personnes ont été tuées au cours du week-end écoulé dans trois attaques différentes.

Dans la nuit du vendredi au samedi 7 septembre 2019, des individus armés ont assassiné un chef de la Confrérie des Dozos dans le Sourou. Mande Douôtché a été tué dans le village de Di, localité située à une trentaine de kilomètres du Mali. Ce chef Dozo était très respecté dans la région, était également un guérisseur traditionnel.

C’est au Centre-Nord que revient cependant la triste palme de l’horreur de ce week-end. Deux attaques terroristes coûteront la vie à 29 personnes dans cette région, première région militaire du Burkina Faso. La première attaque a visé un convoi d’aide humanitaire constitué de tricycles chargés de vivres pour les déplacés de Barsalgho. Entre Kelbo et Dablo, le convoi a été attaqué par des individus armés. Le bilan parle de lui-même : 14 personnes tuées. 7 tricycles détruits. Le Gouvernement dans un communiqué a indiqué qu’il mettra tout en oeuvre pour sécuriser les convois d’aide en destination des déplacés.

Toujours dans le Centre-Nord, un car de transport en commun a sauté sur un engin explosif artisanal dans la localité de Guiendbila faisant au moins 15 morts. C’est la première fois qu’un car de transport en commun est attaqué à l’explosif par les obscurantistes armés.

Au total, le bilan macabre de ce week-end fait état de 30 personnes tuées par des individus armés. L’essentiel des victimes a été enregistré dans la première région militaire du Burkina Faso et dans une région impactée par l’opération militaire Doofu.

226infos.net

Check Also

Redevances TNT : Les télévisions privées payeront 75 millions de FCFA par an pour diffuser leurs programmes sur le territoire national

Le comité de pilotage de la télévision numérique de terre (TNT) s’est réuni ce mardi …