dimanche 21 juillet 2019
Home | ACTUALITES | Santé : En attendant l’issue du bras de fer entre le gouvernement et les syndicats !

Santé : En attendant l’issue du bras de fer entre le gouvernement et les syndicats !

 

La grève des personnels de la santé publique burkinabè se poursuit avec son lot de désagréments causés aux malades. L’opération caisse vide du SYNTSHA et les différentes mesures prises par le syndicat pour amener le gouvernement burkinabè à mettre en œuvre le protocole d’accord de 2017 n’ont jusque-là pas fait mouche. Les autorités en charge de la Santé continuent à faire la sourde oreille, lorsqu’elles ne s’évertuent pas à minimiser les impacts de ce mouvement. Le bras de fer entre le Gouvernement et les Syndicats de la Santé n’a pas encore déterminé de vainqueur, seuls les patients payent le prix fort de cet état de fait, seuls les patients sont les perdants de l’heure.

En plus du Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA), le Syndicat des médecins du Burkina (SMB) est entré en mouvement. Il a lancé un mot d’ordre de grève illimitée pour appeler à une diligence dans la mise en œuvre de la fonction publique hospitalière. Cette annonce vient enfoncer le clou du désespoir chez les patients qui étaient déjà en souffrance du fait de la crise qui secoue le sensible secteur de la santé depuis plusieurs mois. Ces patients, les laissés-pour-compte du bras de fer, ne savent plus à quel Saint se vouer. Spectateurs passifs, ces patients n’espèrent et n’attendent que ceux qui doivent donner les moyens à ceux qui les soignent de s’activer à le faire pour qu’enfin ils puissent recouvrer la santé et jouer leur partition dans le développement du pays. En attendant une éventuelle bonne nouvelle, ils assistent à un jeu de ping-pong entre les deux acteurs. Chacun se tirant la couverture, accusant l’autre de mauvaise foi.

La méfiance des Syndicats envers les propositions du Gouvernement est légitime dans la mesure où ils se battent pour la mise en œuvre d’un protocole d’accord signé depuis 2017. La méfiance des Syndicats envers les propositions du Gouvernement est légitime dans la mesure où le gouvernement a suffisamment prouvé qu’il fait dans le tâtonnement. Cette méfiance est légitime dans le mesure où le gouvernement à montrer qu’il préfère le conjoncturel au structurel. Cependant, l’extrême sensibilité de ce secteur doit pouvoir convaincre les deux protagonistes à échanger sereinement pour pouvoir trouver une issue qui puisse être heureuse pour les patients burkinabè qui tutoient l’irréversible faucheuse ou l’infirmité. Alors, en attendant que le Gouvernement et les Syndicats ne puissent accorder leur violon, il faut sauver les patients.

226infos.net

 

Check Also

Drame à la Police : Les sanctions continuent de tomber

  La Directrice de la Police judiciaire, la Commissaire principal Néné Ouédraogo a été relevée …