dimanche 21 juillet 2019
Home | ACTUALITES | Monnaie unique de la CEDEAO : Y a-t-il une anguille sous roche ?

Monnaie unique de la CEDEAO : Y a-t-il une anguille sous roche ?

 

Réunis à Abuja ce samedi 29 juin 2019n les présidents des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont mis un pied d’accélérateur sur la mise en place de la monnaie unique communautaire. « Eco », nom de la future monnaie communautaire devrait mettre un terme au franc cfa et aux autres monnaies nationales des pays membres de la CEDEAO comme le naira nigérian et le cedi ghanéen. 2020 a été fixé comme année d’adoption définitive de la nouvelle monnaie. Cette annonce est accueillie avec beaucoup de réserve  par l’opinion publique africaine, qui attend de connaitre tout le mécanisme qui sera mis en place autour de cette monnaie unique avant toute jubilation.

Ce sera l’aboutissement d’un processus entamé depuis 1980. Le mécanisme d’adoption de la monnaie unique  a rencontré de nombreux obstacles qui ont fini par faire de cette monnaie unique de la CEDEAO un serpent de mer. Les présidents des Etats membres de la communauté Ouest africaine, sous la forte pression des peuples ont fait le choix de passer à la vitesse supérieure pour l’adoption de la monnaie unique, mais ces populations restent logiquement réservées craignant d’être la cible d’une supercherie. Les populations des 8 Etats ouest-africain qui ont en commun le franc cfa sont encore plus sceptiques que celles des 7 pays qui ont une monnaie nationale. Les premiers ne veulent pas voir la France être un maillon de la chaine du fonctionnement de cette monnaie unique, « l’Eco ». Accusée d’exploiter copieusement les Etats ouest africain par le biais du franc cfa, et surtout de maintenir ces Etats sous sa domination, la France et les soutiens du franc cfa comme le Président ivoirien Alassane Ouattara et le sénégalais Macky Sall sont l’objet de toutes les invectives de la part des populations.  C’est pourquoi, avant toute réjouissance, les populations veulent se rassurer que leurs Etats ne retomberont pas sous une autre forme de colonisation. La réalité, au-delà de tout, est que les populations des Etats qui utilisent le cfa n’ont pas confiance à leurs autorités qu’ils soupçonnent d’être les valets locaux de la France.

La présence des pays anglophones dans la CEDEAO devrait en principe lever les doutes et les suspicions des populations des pays utilisant le franc cfa, mais cela est loin d’être le cas. Selon certaines informations, les Etats francophones devraient avoir leur banque d’émission  à part et ceux d’Afrique anglophone la leur également. Il n’en faut pas plus pour fonder davantage les suspicions de cette opinion très réservée quant à l’annonce de l’adoption prochaine de la nouvelle monnaie « Eco ». Il doit à coup sûr avoir anguille sous roche, autrement, il ne devrait y avoir qu’une seule Banque d’émission. Sans être dans le secret des dieux, il est évident que si les Etats francophones n’entendent que manœuvrer pour juste changer le nom de leur monnaie actuelle, le CFA en « Eco » en gardant le même système décrié. Ils ne parviendront pas à entrainer les Etats anglophones dans cette mésaventure. Les Etats anglophones de la CEDEAO connaissent le goût de la liberté et de l’indépendance monétaire et à ce titre ils ne sauront accepter de voir un Etat européen gérer leur monnaie et leur politique monétaire d’une manière ou d’une autre. Pour donc rassurer les populations que « Eco » sera une monnaie sous contrôle véritable de la CEDEAO, il faut nécessairement commencer par constituer une seule Banque d’émission.

226infos.net

 

 

Check Also

Drame à la Police : Les sanctions continuent de tomber

  La Directrice de la Police judiciaire, la Commissaire principal Néné Ouédraogo a été relevée …