samedi 17 août 2019
Home | ACTUALITES | Police nationale : Un tohu-bohu, souhaité et voulu

Police nationale : Un tohu-bohu, souhaité et voulu

 

A la police nationale, « La Troupe » est de retour. Elle a décidé un mouvement d’humeur depuis ce mercredi 5 juin 2019, au lendemain de l’interpellation du Secrétaire général de l’Alliance police nationale (APN), le second Syndicat de la Police burkinabè. Un mouvement assez bien suivi qui atteste encore une fois de plus la toute-puissance de cette structure sans visage.

Le spectacle qu’offre la Police nationale aux burkinabè est l’un des plus médiocres et c’est avec diligence qu’il faudra donc y mettre un terme pour le salut non seulement de la police, mais aussi donner des raisons encore plus solides aux populations d’avoir confiance aux forces de l’ordre. Ceux qui, pour des raisons claniques, ont conduit la police dans ce bourbier doivent s’engager à réparer le tort fait à ce corps.

Dès sa création, l’Unapol était déjà prise pour cible et la détruire était un objectif essentiel pour ces acteurs qui entendaient gérer par procuration cette structure syndicale. Les guet-apens se sont multipliés sous l’Unapol 1, mais le Secrétaire général Wakilou Sienou et ses camarades ont su s’en sortir, jusqu’à ce fameux Congrès qui s’est terminé en queue de poisson et à diviser les syndiqués en deux groupes plus un. L’Unapol a été « récupérée » depuis ce Congrès et est depuis vu par beaucoup comme un « Syndicat acquis » des responsables de l’Institution policière dont les magouilles, portant notamment sur les Services payés,  ont été mises sur la place publique par l’Unapol de Wakilou. L’Alliance police nationale (APN) sortira très difficilement des sentiers battus pour reprendre le combat de l’authentique Unapol qui jouissait d’une grande popularité auprès des policiers. Entre l’APN et l’Unapol, il y a l’intrigante « Troupe ». Cette « Troupe » n’a aucune légalité, mais elle est d’une puissance telle qu’aucun de ces deux syndicats légaux ne peut égaler. « Troupe », c’est bien le Syndicat légitime de cette police nationale.

Tout ce tohu-bohu aurait dû et pu être évité si depuis la création de l’Unapol chaque acteur était resté dans son rôle. Le bourbier dans lequel la Police se trouve, elle doit en sortir. Et pour cela, il faut d’abord que chaque acteur reste dans son rôle et que les éventuelles marionnettes puissent battre leur coulpe. Les défis de la police nationale en ces temps d’insécurité galopante doivent se situer à un autre niveau, pas à mettre les bâtons dans les roues d’une structure syndicat.

226infos.net

Check Also

RDC : La formation du nouveau gouvernement se fait toujours attendre

  En République démocratique du Congo (RDC), le Président Felix Tshisekedi a invité le Premier …