lundi 20 mai 2019
Home | ACTUALITES | Lutte contre le terrorisme – Opération Ndofou : Réussir ou réussir !

Lutte contre le terrorisme – Opération Ndofou : Réussir ou réussir !

Après l’opération ‘’Otapuanou’’ lancée dans la Région de l’Est, les Forces de défense et de sécurité burkinabè ont lancé depuis ce samedi 11 mai 2019, l’opération ‘’Ndofou’’ qui va concerner les Régions du Sahel, du Nord et du Centre-nord. ‘’Ndofou’’ qui signifie ‘’déraciner’’ en langue fulfuldé devrait permettre de sécuriser davantage ces régions burkinabè qui sont durement touchées par le terrorisme. Cette opération est lancée au moment où Dablo, localité située dans le Centre-nord pleurent la disparition de six de ces habitants, tous tués par des obscurantistes armés.

Le bilan de l’opération Otapuanou dressé en  avril dernier à Fada fait ressortir un satisfecit des responsables militaires burkinabè. Des terroristes ont été neutralisés, certains mis aux arrêts et d’autres ont fui la zone d’opération d’Otapuanou pour se retrouver dans les pays voisins comme le Benin, le Togo et le Ghana. Ces derniers se trouvent pris en sandwich puisque les autorités de ces pays ont été alertées et les mesures de sécurité renforcées.

Alors que les terroristes étaient en perte de vitesse à l’Est, dans les régions du Sahel, du Nord et du Centre-nord ils régnaient en maitre absolu. L’opération Ndofou devrait mettre un terme à leur règne de façon radicale et ramener la quiétude au sein des populations.  

La tâche sera encore plus complexe pour le Burkina Faso, mais cette complexité n’empêchera pas cette opération d’atteindre avec éclat ses objectifs. La région du Sahel reste la région d’où est né le phénomène terroriste au Burkina Faso, et où il est le plus bien enraciné. La proximité de cette région avec la partie nord du Mali et du Niger a fortement contribué à faire de cette région le fief des terroristes sur le territoire burkinabè. L’inaccessibilité de la région, la précarité des populations et la grande paupérisation ont également offert des facilités aux chefs terroristes pour le renforcement de leur influence dans la région et surtout pour le recrutement de nouveaux membres. Et c’est le renforcement de l’influence des groupuscules terroristes au Sahel qui leur ont permis d’étendre leur tentacule dans les régions du Nord et du Centre-Nord.

Les populations burkinabè ne peuvent que placer beaucoup d’espoirs à l’opération ‘’Ndofou’’ du fait qu’elle va se tenir dans des zones qui sont quasiment sous le contrôle des groupuscules terroristes, ou tout au moins où ils sont les moins inquiétés. Les Forces de défense et de sécurité ont sans doute les compétences nécessaires pour réussir cette mission, mais il ne faudrait pas que cette mission soit uniquement l’affaire des militaires. Il faut une implication des populations civiles et de toutes les couches sociales du Burkina Faso. Chaque partie doit jouer son rôle pour que le terrorisme soit déraciné et passé à la guillotine. La collaboration avec les militaires doit être de façon automatique et le respect des consignes de sécurité absolu. C’est à ce prix que ‘’Ndofou’’ pourra mettre un terme aux agissements des groupuscules terroristes dans sa zone d’opération et au Burkina Faso en général.

226infos.net

Check Also

Burkina Faso : Le Premier ministre Christophe Dabiré appelle à une trêve sociale

  Le Premier ministre Joseph Christophe Marie Dabiré a appelé ce jeudi 16 mai 2019 …