mercredi 26 juin 2019
Home | ACTUALITES | Burkina Faso – Mouvements syndicaux: Le gouvernement fait-il dans la résignation ?

Burkina Faso – Mouvements syndicaux: Le gouvernement fait-il dans la résignation ?

Les méthodes de lutte sociale sont en pleine mutation au Burkina Faso. Conséquence de la rupture du dialogue entre la partie gouvernementale et ses partenaires sociaux, ces nouvelles méthodes mettent mal à l’aise le gouvernement burkinabè qui fait désormais dans la résignation.

« La Troupe ». C’est cette structure, sans visage, qui a lancé le mot d’ordre de débrayage que la Police nationale burkinabè a connu courant le mois de mars 2019. Alors que les négociations avec le Gouvernement pour la mise en œuvre du protocole d’accord avec les policiers était au point mort et que le principal Syndicat de la Police, l’Unapol, était laissé sur le carreau, « La Troupe » lança un mouvement de débrayage qui réussira à paralyser les Services de la Police nationale pendant plusieurs jours. La réussite du mouvement a contraint le gouvernement à reprendre les négociations avec les policiers via l’Unapol et à trouver un accord avec eux. « La Troupe », ce puissant Syndicat « clandestin » de la Police a, pour un coup d’essai, réussi un coup de maitre.

Au niveau du département en charge de l’Economie, la ‘’clandestinité syndicale’’ est à un niveau exceptionnel. Depuis le début de l’année 2019 et l’entrée en vigueur de la nouvelle loi de finance, les efforts ne sont fournis qu’à 25% par les agents du Ministère en charge de l’Economie et des finances. Tout marche au ralenti dans ce département pourtant essentiel pour la mobilisation des recettes au profit de l’Etat. Les usagers rencontres d’énormes difficultés pour le payement de leurs impôts et l’acquisition d’un certains nombres de documents. Mais, non. Il n’y a pas de grève au niveau des services des impôts et des domaines. Les agents ne se reconnaissent pas en grève, ce d’autant plus qu’aucune structure syndicale légale n’a lancé ce mot d’ordre de grève. Mais, ce qui se passe actuellement au niveau du département de l’Economie et des finances fait très mal au Burkina Faso et à son économie.

Au niveau du gouvernement, c’est la résignation à tout point de vue. Au niveau des populations c’est de l’incompréhension vis-à-vis de cette résignation du gouvernement. Face à l’effondrement du développement du pays, la résignation est sans doute l’action à ne jamais envisager. Il faut donc aux autorités burkinabè d’agir pendant qu’il est encore temps.

226infos.net

Check Also

Relecture du Code des personnes et de la famille: « La FAIB a déploré le fait qu’elle n’ait été ni impliquée ni consultée »

Déclaration de la FAIB relative à la relecture du Code des personnes et de la …