dimanche 21 avril 2019
Home | ACTUALITES | Massacre de peulh au Mali : Trop, c’est trop !

Massacre de peulh au Mali : Trop, c’est trop !

L’horreur du week-end est venu du côté du Mali où près de 150 personnes ont été massacrées par un groupe d’hommes armés dans le village peul de Ogassagou au Centre du pays. C’est la deuxième fois en trois mois que la communauté peulh malienne est prise pour cible par des individus armés. Le Président malien Ibrahim Boubacar Keita a convoqué un Conseil des ministres extraordinaire sur la question ce dimanche. A l’issue de ce Conseil des ministres, des Chefs militaires ont été limogés et l’Association Dan Nan Ambassagou, une milice dogon suspectée d’être les auteurs du massacre, a été dissoute.

Le message du Chef d’Etat malien Ibrahim Boubacar Keita est peut-être fort, mais il n’aura de valeur que si effectivement il permet aux populations de vivre dans la sécurité et la quiétude. Les mesures prises lors du massacre de début janvier 2019 n’ont pu empêcher celui du weekend dernier, et rien n’indique que celles prises ce dimanche protégeront davantage les populations civiles, en particulier la communauté peulh.

Les autorités maliennes ont tout intérêt à prendre toutes leurs responsabilités dans cette affaire pour ne pas se faire surprendre par une levée de milice à caractère ethnique qui va leur donner plus de fil à retordre. Les minorités ethniques ne se laisseront pas toujours massacrer par des hors la loi sans réagir. Les personnes massacrées lors de ce carnage n’ont payé que le prix de leur attachement à l’Etat de droit. Il est évident que si ces infortunés étaient armés, des hors la loi réfléchiraient à deux reprises avant de les attaquer. Mais, ils ont cru que l’Etat était là et allait jouer pleinement son rôle qui est de les protéger. Il appartient maintenant à l’Etat malien de prendre avec diligence ses responsabilités sinon, les populations prendront les leurs et la faillite de l’Etat ne sera que plus profond.

226infos.net

Check Also

Situation au Ministère en charge de l’Économie : « Il est vrai que la grève est un droit, mais la préservation de l’intérêt général est primordiale », SYNAMEF

Communiqué du SYNAMEF sur la situation au Ministère en charge de l’Économie  Depuis le vote …