mardi 21 mai 2019
Home | ACTUALITES | Discours de politique générale : Maintenant, il faut retrousser les manches !

Discours de politique générale : Maintenant, il faut retrousser les manches !

C’est désormais effectif. Le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré a été confirmé à la tête de la primature burkinabè ce lundi 18 février 2019 par les députés burkinabè. Avec 84 votes pour, 23 abstenus, 19 contre et un nul, les députés de l’Assemblée nationale valident la nomination du Premier ministre. Il appartient à présent à Christophe Joseph Marie Dabiré de retrousser les manches pour redonner espoir aux burkinabè.

Le Discours de politique générale prononcé ce lundi 18 février 2019 n’a certainement pas manqué d’éloquence et de pertinence. Réussir à actionner les cinq axes fondateurs de l’action gouvernementale, déclinés par le premier ministre, pourra contribuer à refonder l’espoir des burkinabè à scruter l’avenir avec plus sérénité. Mais, ce n’est pas l’éloquence du discours et les professions de foi d’une autorité qui sera à la fin appréciée. Les burkinabè sont bien habitués à de très beaux discours et à de belles professions de foi sans impact véritable sur l’amélioration de leur condition de vie.

C’est pourquoi face à un discours politique certes volontariste et ambitieux, il faut prendre ses gardes et attendre de voir les actions concrètes sur le terrain. Mais déjà, quelques actions concrètes laissent croire que Christophe Joseph Marie Dabiré ne veut même pas se faire entendre à travers les discours mais plutôt à travers des résultats. Sur le plan sécuritaire, la situation n’est certainement pas stable, mais il est évident que des actions militaires claires sont posées avec des résultats non négligeables. Des dispositions également ont été prises pour une accalmie sur le front social. Le dialogue a été renoué avec le Syndicat des GSP et il y a de l’espoir pour un retour à la normale ; la situation est pareille pour les Syndicats de l’éducation. La dynamisation de l’économie reste loin d’être une réalité et il en faut un peu plus pour renforcer le développement du capital humain et pour instaurer une gouvernance plus vertueuse.

Christophe Joseph Marie Dabiré dispose de du minimum dont il a besoin pour réussir sa mission et impacter positivement sur le quotidiennement des burkinabè. Son échec ne viendra donc pas de l’absence de moyens de réussir, mais peut-être du manque de courage  de de prendre sans aucun calcul les mesures et les dispositions qui s’imposent pour le salut de la République.

226infos.net

Check Also

Evènements de Yirgou : « l’enquête préliminaire relative à l’attaque terroriste ayant entrainé la mort du chef du village et de ses compagnons a été bouclée. », Christophe Dabiré

L’enquête sur l’assassinat du Chef de Yirgou a été bouclée. Le Chef du gouvernement l’a …