mercredi 12 décembre 2018
Home | ACTUALITES | Journée de protestation contre la hausse du prix des hydrocarbures : Le gouvernement dans l’embarra

Journée de protestation contre la hausse du prix des hydrocarbures : Le gouvernement dans l’embarra

Face à la hausse du prix des hydrocarbures, la Coalition contre la vie chère et ses organisations partenaires de la société civile ont battu le pavé ce jeudi 29 novembre 2018 à Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Koudougou, Fada, Dissin, Bagassi et dans plusieurs autres villes du Burkina Faso, pour condamner « une mesure brusque, injustifiée et injustifiable prise dans un contexte extrêmement difficile ». Chrysogone Zougmore et ses camarades à travers le pays demandent entre autres au gouvernement une baisse du coût du carburant et un audit indépendant de la SONABHY. Leur plateforme revendicative a été reçue par le Ministre en charge du Commerce, Harouna Kaboré, qui a accusé réception de la plateforme et assuré qu’elle sera transmise à l’ensemble du gouvernement pour traitement.

La marche-meeting de ce 29 novembre 2018 est l’une des marches les plus abouties de la Coalition contre la vie chère (CCVC). La mobilisation observée dans les grandes villes du Burkina Faso et, telles Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Banfora, Fada, Ouahigouya, et sa ténue effective à Tougan, Dissin, Pouny et Bagassi attestent suffisamment de l’aboutissement de cette marche. Elles témoignent également de l’appropriation des populations ce combat mené par la CCVC pour l’amélioration des conditions de vie des burkinabè.

Certainement, l’augmentation du prix des hydrocarbures, décidée en Conseil des ministres du 08 novembre 2018 n’améliore aucunement pas les conditions de vie des populations. Le Gouvernement aura réussi à ne pas faire répercuter cette hausse du prix des hydrocarbures sur le coût du transport, mais l’impact de cette hausse sur la qualité de vie des populations est frappant. C’est sans doute cette réalité qui a contribué à donner du succès à la Journée du 29 novembre 2018, un jour ouvrable.

Avec cette journée de protestation, la balle est désormais dans le camp du gouvernement. Il doit se convaincre que sa mesure « brusque » d’augmentation du prix des hydrocarbures est rejetée par la population burkinabè et les arguments avancés pour justifier cette hausse sont peu convaincants. Le Porte-parole du gouvernement, Remis Dandjinou a laissé entendre que le gouvernement apportera des réponses point par point à la plateforme de sept points de la CCVC. Faut-il s’attendre à ce que le gouvernement accède aux requêtes de la CCVC ?

Le Gouvernement se voit être dans une mauvaise posture au lendemain de cette marche. La constance et la ténacité de la CCVC oblige le gouvernement à prendre au sérieux le contenu de cette plateforme puisque ce Coalition ne lâchera rien. Le mouvement déjà grand, pourrait donc grandir davantage face à l’inaction du gouvernement et d’autres motifs de lutte pourraient venir s’agripper aux points déjà évoqués. Mais, décider de reculer de sitôt sur la question de l’augmentation du prix des hydrocarbures ne sera que la manifestation du tâtonnement dans la gouvernance actuelle. Et l’Opposition politique sera servie.

Mais peu importe à qui profitera une éventuelle baisse du prix des hydrocarbures, le plus importants est que les populations pourraient voir leurs conditions de vie un peu plus supportables.

226infos.net

Check Also

Message du Ministre des Transports à l’occasion de la Journée internationale de l’aviation civile

Le 07 décembre de chaque année, la Communauté aéronautique mondiale célèbre la Journée internationale de …