mercredi 12 décembre 2018
Home | ACTUALITES | Putsch de septembre 2015 : « De ma compréhension, l’armée a donné son accord », Colonel Boureima Kiéré

Putsch de septembre 2015 : « De ma compréhension, l’armée a donné son accord », Colonel Boureima Kiéré

Après le passage à la barre du Capitaine Abdoul Aziz Korogo, Chef de corps adjoint par intérim du Régime de sécurité présidentielle (RSP), c’est le Colonel Boureima Kiéré, Chef d’état-major particulier de la Présidence du Faso à l’époque des faits qui a été entendu par les juges du Tribunal militaire ce lundi 12 novembre 2018. Poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtres, coups et blessures volontaires, l’accusé n’a pas reconnu les faits qui lui sont reprochés.

La position ambiguë du Chef d’état-major général des armées de l’époque, le Général Pingrenoma Zagré, a été l’une des raisons qui a précipité le putsch de septembre 2015. C’est l’avis du Colonel Boureima Kiéré pour qui le Général Zagré a donné des garanties de soutien au coup d’état assumé par le Général Diendiéré. Sans ces garanties, le Général Diendiéré se serait peut-être abstenu de se lancer dans un tel projet. Boureima Kieré a expliqué face aux juges que l’Etat-major Général des armées a indiqué lors d’une réunion avec le chef du Conseil national de la démocrate qu’il s’emploiera à maintenir l’ordre dans la ville. Pour faciliter les différentes missions de maintien d’ordre et répondre aux doléances de la police et de la gendarmerie, le Général Diendiéré a fait acheminer du matériel de maintien d’ordre grâce à l’appui de ses connaissances. Et ce matériel a été réceptionné avec décharge par les responsables de la gendarmerie et de la police. Selon Boureima Kiéré, c’est toute cette complicité maladroite qui a  conduit aux dérives et aux exactions enregistrées lors des évènements de septembre 2015.

Le Colonel-major explique avoir eu à jouer un rôle de médiateur lors du putsch. Et cette médiation était faite entre le commandement et la hiérarchie militaire. Il indique que le Général Zagré passait en effet par lui pour transmettre des messages au Général Gilbert Diendiéré. Cil a été chargé par le Général Zagré de convaincre le Général putschiste de remettre le pouvoir aux civils, ce qui a été fait après la rencontre avec les envoyés de la CEDEAO.

L’audition du Colonel Boureima Kiéré se poursuit ce mardi 13 novembre 2018 à Ouagadougou.

226infos.net

Check Also

Message du Ministre des Transports à l’occasion de la Journée internationale de l’aviation civile

Le 07 décembre de chaque année, la Communauté aéronautique mondiale célèbre la Journée internationale de …