vendredi 19 avril 2019
Home | ACTUALITES | Burkina Faso : La dette Sankara !

Burkina Faso : La dette Sankara !

Ce lundi 15 octobre 2018, les burkinabè et l’Afrique commémorent le 31 anniversaire de l’assassinat de Thomas Sankara. L’homme qui a conduit le Conseil national de la Révolution du Burkina Faso a réussi en quatre de pouvoir à marquer en lettre d’or son nom dans l’histoire de ce pays de 274.000 km2. A l’occasion de cette commémoration, le Comité international Thomas Sankara a procédé à la pose de la première pierre du Mémorial au Conseil de l’Entente de Ouagadougou.

Le Mémorial qui rendra un hommage à Thomas Sankara et à ses compagnons qui ont péri lors du sanglant putsch militaire du 15 octobre 1987, ne sera sans doute qu’un acte de plus qui immortalisera le patron du Conseil national de la révolution (CNR). Thomas Sankar reste déjà et d’abord immortalisé dans les cœurs et les esprits des burkinabè, des africains et du monde entier. Cela n’enlève cependant rien à la pertinence de ce projet de mémorial.

Bien plus que d’être des admirateurs d’un Homme de charisme qui aura donné du cœur pour que son pays et son continent  ne soient pas la risée du monde, les burkinabè et l’Afrique doivent plutôt œuvrer à promouvoir davantage les idéaux et les valeurs qui ont fondé la notoriété de Thomas Sankara. Ces valeurs ont entre autres pour noms intégrité, patriotisme, rigueur et solidarité.

Il n’y a que la fierté à se réclamer descendant ou héritier de Thomas Sankara, mais ce qui est abominable c’est d’être du même coup un concentré de tous les vices combattus par l’Homme. Il ne suffira pas de crier haut et fort je suis Sankara, ou connaitre tous les discours de Thomas Sankara pour être héritier de Sankara. Et d’ailleurs, l’histoire récente du Burkina Faso a prouvé à l’évidence que ceux qui se réclament haut et fort de Sankara, n’incarnent pas le plus souvent les valeurs ‘’Sankariennes’’. Son nom ne sert que de courte échelle à des individus.

Il faudra admettre qu’un tee-shirt à l’effigie de Thomas Sankara est davantage plus facile à porter que les valeurs qu’il a souhaitées que les burkinabè portent. Le défi actuel reste celui d’inverser la tendance pour commencer à payer la dette que les burkinabè ont envers Thomas Sankara.

226infos.net

Check Also

Situation au Ministère en charge de l’Économie : « Il est vrai que la grève est un droit, mais la préservation de l’intérêt général est primordiale », SYNAMEF

Communiqué du SYNAMEF sur la situation au Ministère en charge de l’Économie  Depuis le vote …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *