mardi 25 septembre 2018
Home | ACTUALITES | Situation nationale : Le FPR demande « le changement » des Ministres de la défense et de la sécurité.

Situation nationale : Le FPR demande « le changement » des Ministres de la défense et de la sécurité.

Peuple du Burkina Faso, la gouvernance sans anticipation, sans vision ni prise en compte des aspirations véritable du peuple n’est qu’une illusion assassine. Au regard des souffrances de plus en plus accrues des populations, de la prise en otage de leurs rêves par le régime actuel et ses acolytes, fidèle à ses convictions et à sa vision, le Front patriotique pour le renouveau (FPR) réagit de nouveau.

Sur la base des récents éléments, le parti interpelle le régime politique en place et lance un appel à tout le peuple burkinabè pour les combats futurs. La présente déclaration axée sur quatre (04) points cruciaux résume nos prises de position.

Affaire Safiatou LOPEZ : le 29 aout 2018, nous avons constaté l’arrestation de madame LOPEZ, l’ensemble des Burkinabè a observé la scène avec une grande consternation. Il ressort clairement des faits, que ce fut un contingent d’hommes fortement armés qui a investi son domicile avec un déploiement sans pareil d’un arsenal de guerre digne d’un film hollywoodien.

Pendant que nos vaillantes Forces de défense et de sécurité (FDS) souffrent constamment d’un manque d’équipements, jumelée à une impuissance du régime en place d’assurer efficacement l’intégrité du territoire national, on ne trouve qu’un mécanisme populiste d’orchestrer des arrestations politiques déguisées, pour faire croire aux burkinabè que l’on se préoccupe de leur sécurité alors que l’incapacité sur ce plan est palpable et saute aux yeux.

Le FPR, condamne avec la dernière énergie la manière et le procédé utilisé pour l’arrestation de dame Lopez (elle n’était ni un bandit de grand chemin, ni une trafiquante indexée par la justice) et souhaite que sans mensonge, le fond de l’affaire soit clairement décortiqué et expliqué au peuple burkinabè afin que la vérité soit connue et que le droit soit dit.

1) Le problème de la sécurité nationale : Depuis un certains temps, le regain de l’insécurité inquiète à plus d’un titre l’ensemble des Burkinabè. La situation sécuritaire actuelle avec l’incapacité du gouvernement à juguler le fléau est un véritable frein au développement du pays. Elle ne peut être réglée avec des tournées politiques de sensibilisations comme le préconisent certains caciques fatigués du régime en place.

Le FPR pour sa part, déplore le manque de communication courageuse et l’absence de perspectives autour de ce problème. Aussi, entre autres propositions, le FPR demande le changement sans détour, des deux ministres suivants :

-  l’actuel ministre de la Défense nationale ;
-  l’actuel ministre de la Sécurité.

Leur remplacement par des personnes compétentes, de technicité proche des questions de défenses et de sécurités ou à défaut, des administrateurs civils. Le portefeuille de la défense nationale ne peut être confié à un citoyen sur le fondement de l’amitié, du népotisme ou de la considération clanique.

2) La mal gouvernance : chers compatriotes, nul besoin d’épiloguer longuement sur cette question centrale et cruciale. Ce n’est point un secret de Polichinelle, que de dire que les raisons qui ont poussé les Burkinabé dans les rues les 30 et 31 octobres 2014 n’ont pas eu de réponses adéquates dans la gouvernance actuelle qui, non seulement manque d’initiatives mais aussi préfère embourgeoiser ses ministres en les achetant des voitures de luxe notamment des Renault TALISMAN et des TOYOTA V8 (à couts de milliards) au lieu entres autres exemples d’équiper conséquemment nos FDS, résorber notre déficit énergétique…

3) L’appel pour le grand meeting du 29/09/18 : Au regard de tout ce qui précède, affilié au CFOP (Chef de file de l’opposition politique), le FPR lance un vibrant appel à tout Burkinabè convaincu de la nécessité de dénoncer fermement la gouvernance politique actuelle au bénéfice de celle respectueuse des libertés démocratiques dans la sécurité, à participer activement au grand meeting organisé par les partis politiques affiliés au CFOP et les autres forces vives épris de bonne gouvernance et de justice sociale, à la place de la nation le samedi 29 septembre 2018 à partir de 8h.

Pour terminer, le FPR parti de l’opposition dont les choix sont ceux du peuple, la noblesse et la dignité de son combat politique étant clair, dit :

-  Non à l’exposition dangereuse de la vie des Forces de défense et sécurité (FDS) qui n’ont pas de matériels adéquats en nombre et en qualité pour leurs missions (comme le souligne le courrier confidentiel N°156 du 25/05/18),
-  Non aux arrestations arbitraires et barbares d’activistes avec des motifs politiques,
-  Honte aux gouvernants qui utilisent la confiscation des libertés individuelles et les intimidations comme arme politique,

Notre combat est et restera :

-  Celui des libertés publiques, de l’ordre public et de la sécurité nationale,
-  Celui de tous ceux qui rêvent d’un Renouveau au Burkina Faso,

Vive la Jeunesse consciente, 
Vive le FPR, 
Dieu bénisse le Burkina Faso 
Pour le Bureau Exécutif National
Le Président national
Fait à Ouagadougou le 12/09/18

Lire aussi

Sahel : Une patrouille de la gendarmerie tombe dans une embuscade

  Des éléments de la gendarmerie nationale à bord d’un véhicule ont essuyé des tirs …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *