samedi 20 octobre 2018
Home | ACTUALITES | Code électoral – Pré-campagne électorale : L’heure des grandes manœuvres !

Code électoral – Pré-campagne électorale : L’heure des grandes manœuvres !

 

Le vote du nouveau Code électoral le 30 juillet dernier et les jours qui en ont suivis, a ouvertement plongé les différents partis politiques dans la phase de la pré-campagne électorale. L’Opposition et la Majorité se marquent à la culote pour ne pas se faire un peu trop distancer. Et comme dans toute lutte politicienne, toutes les manœuvres et tous les coups s’invitent afin de venir à bout de l’adversaire.

Avoir la faveur des burkinabè de l’extérieur reste l’un des principaux enjeux de l’heure pour les acteurs politiques burkinabè qu’ils soient de l’Opposition ou de la Majorité. Ces burkinabè de l’extérieur sont considérés par bien d’acteurs politiques comme étant les faiseurs de roi de la prochaine présidentielle. Considérés comme tels, aucun effort ne devrait être de trop pour les avoir dans un camp politique donné. L’Opposition politique a saisi la question du nouveau Code électoral pour d’abord se présenter aux yeux de cette diaspora comme étant leur avocat le plus crédible, et ensuite défendre un principe, qui si il était pris en compte favoriserait son triomphe dans un pays comme la Côte d’ivoire. Au niveau de la Majorité, les responsables n’entendent pas laisser le champ libre à l’Opposition dans son opération de séduction des burkinabè vivants à l’extérieur. Et Simon Compaoré, le Président par intérim du parti au pouvoir, l’a fait savoir au cours de sa dernière conférence de presse. Il a annoncé la tenue de rencontres d’explication et d’échange avec les burkinabè au niveau interne et dans les pays de l’extérieur afin « de mettre fin à la désinformation » de l’Opposition. A son tour, les partis membres du Chef de file de l’opposition ont annoncé des marches à travers le pays et invité leurs répondants dans les différents pays de l’extérieur à s’organiser pour opposer une résistance à ce nouveau Code électoral. C’est dire que la scène politique burkinabè connaitra une effervescence particulière dans les jours à venir et la sortie du « Mouvement, c’est le moment » de Moumouni Pograwa donne une idée de ce qui attend les burkinabè.

Des manœuvres et manipulations

Manœuvres, manipulations politiciennes et mises en scène indésirables. C’est ce à quoi assisteront les burkinabè jusqu’à l’élection du Président du Faso en 2020. La fin étant la victoire au soir de la présidentielle, tous les moyens seront utilisés par les acteurs politiques pour l’atteinte de cet objectif. La sortie en pompe du « Mouvement C’est le moment » ne fait qu’inaugure l’ère de la manipulation politicienne dans la perspective de 2020. Bien d’autres Mouvements et OSC « apolitiques » sont en cours de création et sont affiliées aux partis politiques aussi bien de la majorité que de l’opposition. Dans ce jeu de manipulation, ils sont nombreux les jeunes qui malheureusement seront mis à contribution pour quelques billets de banque. Et pour ces billets, ils mèneront par procuration un farouche combat dont ils ne maitrisent ni les tenants ni les aboutissants. Et évidemment, la facilité avec laquelle une partie de la jeunesse burkinabè se fait manipuler pour des objectifs politiques dont peut-être l’atteinte les dessert, laisse perplexe certains observateurs. Ce qui a contribué à amplifier les crises pré et post-électorale dans les pays comme la Côte d’ivoire et le Burundi, c’est cette énergie déployée par des jeunes manipulés par des acteurs politiques qui n’ont que faire du développement de leur pays. Il faudra bien tirer des leçons.

226infos.net

Check Also

Procès du putsch : Le Général Diendiéré a dit avoir le « soutien de la hiérarchie militaire », selon Léonce Koné

Poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, complicité de coups et blessures, Léonce …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *