mercredi 15 août 2018
Home | ACTUALITES | Rapport sur l’état de la corruption au Burkina Faso en 2017 : La Police municipale, la douane et la DGTTM forment le trio de tête

Rapport sur l’état de la corruption au Burkina Faso en 2017 : La Police municipale, la douane et la DGTTM forment le trio de tête

 

Le Réseau national de lutte contre la corruption (Ren-lac) a présenté ce mardi 17 juillet 2018 à Ouagadougou son rapport 2017 sur l’état de la corruption au Burkina Faso. Et il ressort de ce rapport que la corruption est en hausse au Burkina Faso par rapport à l’année 2016.

Le Rapport annuel 2017 sur l’état de la corruption au Burkina Faso est un document de 127 pages et divisé en trois grandes parties. Une première consacrée à la méthodologie, la deuxième concerne les résultats de l’étude et la dernière porte sur les recommandations.

Pour ce rapport, le Ren-lac a réalisé son sondage du 02 au 16 novembre 2017. L’enquête s’est déroulée dans les 13 régions du Burkina Faso plus la ville de Pouytenga et a concerné un échantillon de 2.000 personnes. A l’issue de cette enquête, il ressort que la Police municipale a été le service le plus corrompu au Burkina Faso en 2017. La police municipale partage le podium avec la douane et la Direction générale des transports terrestre et maritime (DGTTM). La gendarmerie nationale se positionne à la 4ème position et l’enseignement secondaire occupe le cinquième rang.

Le Secrétaire exécutif du Ren-lac, Claude Wetta et sa structure recommande entre autres de systématiser les enquêtes de moralités avant la nomination à des postes de responsabilité, systématiser le déclenchement de procédures disciplinaires contre les agents sur lesquels pèsent des soupçons de corruption et renforcer l’élan d’application de la loi 04-2015/CNT portant prévention et répression de la corruption au Burkina Faso.

Le Ren-lac a par ailleurs invité les populations à s’investir dans la lutte contre la corruption en dénonçant tous cas de corruption auprès des autorités compétentes.

226infos.net

Lire aussi

Code électoral: « cette loi du 30 juillet 2018 comporte toujours des imperfections d’ordre technique mais… » Harouna Dicko

De 1991 à 2001, quatre codes électoraux ont été adoptés au Burkina Faso. Le quatrième …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *