samedi 21 juillet 2018
Home | ACTUALITES | Equipement des centres de santé : Le ministère fait le bilan avec SYSMEX Europe

Equipement des centres de santé : Le ministère fait le bilan avec SYSMEX Europe

Le gouvernement du Burkina Faso à travers le ministère de la Santé a fait du 2 au 6 juillet 2018 en Allemagne, le bilan du protocole d’accord signé le 23 juin 2017 avec « SYSMEX » Europe.

 

Ce protocole d’accord comporte un paquet de services incluant 112 automates d’hématologie, les réactifs, les contrôles, la livraison sur site, les formations des utilisateurs, la maintenance totale (pièces, main-d’œuvre et déplacements) ainsi que les consommables tels que l’encre pour l’impression des résultats. Six (06) mois après le début de sa mise en œuvre, une revue à mi-parcours de la première année a été organisée. C’est dans ce cadre que le Ministre de la Santé, Pr Nicolas MEDA, accompagné de techniciens de son département, se sont rendus à Hamburg en Allemagne du 2 au 6 juillet 2018.

Selon le ministre de la Santé cette visite de travail s’inscrit dans un projet de standardisation des équipements et des pratiques des centres de santé à travers un projet pilote en hématologie et ce, avec SYSMEX qui est le N° 1 mondial en la matière. Au regard des difficultés que rencontre le système de santé publique, pour la maintenance et le fonctionnement optimum des équipements, ce modèle pourrait être une solution viable à long terme. A l’usine de SYSMEX Europe à Norderstedt à quelques kilomètres de Hamburg, le Pr Nicolas MEDA et sa délégation ont  visité les installations, la production des réactifs, le contrôle de qualité, le système d’étiquetage et d’emballage, de purification de l’eau, le stockage des produits dangereux, le centre de contrôle des équipements et  l’académie de formation des techniciens habilités à installer et à assurer la maintenance des automates.

Cette visite a été également l’occasion pour l’équipe du Burkina Faso de s’enquérir de l’expérience et des bonnes pratiques de l’hôpital Albertinen de Hamburg. Un hôpital de renom spécialisé en cardiologie et néonatologie.

A ce jour, 112 établissements publics de santé de notre pays sont équipés d’un automate d’hématologie de dernière génération et 501 biologistes et techniciens biomédicaux ont été formés à leur bon usage. Les contrôles sont expédiés sur les sites tous les trois mois ainsi que les réactifs et intrants nécessaires à la réalisation de 1 200 000 tests par an pendant trois ans. Le coût de ce protocole d’accord est de 6 927 360 000 FCFA, pour une période de 3 ans (2018-2020).

Il faut noter que toutes les installations et formations ont été assurées par une équipe de techniciens burkinabè formés et certifiés par l’académie à cet effet.

Des opportunités dans le domaine de la santé

En marge de sa visite de travail à Hamburg en Allemagne, le ministre de la Santé, Pr Nicolas MEDA a animé, le vendredi 6 juillet 2018, une table ronde avec des hommes d’affaires allemands au siège de l’Association allemande de l’économie pour l’Afrique (Afrika Verein). La présentation du système de santé du Burkina Faso avec un focus sur le volet santé du Plan national de développement économique et social (PNDES), la transformation du ministère de la Santé à l’ère du PNDES sont les principaux points qui ont meublé l’entretien avec les investisseurs allemands. S’inscrivant dans le cadre global de l’amélioration de l’offre des prestations de soins au Burkina, la table ronde avec Afrika Verein a permis aux deux parties d’échanger sur les opportunités d’investissement dans le domaine de la santé au Burkina Faso. Les sujets évoqués ont porté sur la construction d’infrastructures sanitaires, l’implantation de firmes pharmaceutiques, la gestion des déchets médicaux, la valorisation de la communication et bien d’autres domaines d’intérêt en vue de l’épanouissement de la population en matière de santé.

Le représentant de la société « Produitpharma », l’un des principaux investisseurs, s’est dit préoccupé par l’absence de firme pharmaceutique au Burkina Faso. A ce titre, le ministre de la Santé a indiqué qu’il existe des projets de construction d’unités pharmaceutiques, en attente de réalisation.

Les investisseurs à la fin des discussions ont affiché leur volonté d’accompagner le Burkina Faso dans la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) à travers le volet santé.

DCPM/ Santé

Lire aussi

20e anniversaire du Statut de Rome : Me Sankara plaide pour que la CPI prenne en compte les cas de corruption

Le vice-président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, Me Bénéwendé Stanislas Sankara, a plaidé, le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *