mercredi 15 août 2018
Home | ACTUALITES | Putsch manqué de septembre 2015 : Le « Touareg » reconnait avoir fait une descente à Savane FM

Putsch manqué de septembre 2015 : Le « Touareg » reconnait avoir fait une descente à Savane FM

 

Poursuivi pour attentat à la sûreté de l’Etat ; meurtre ; coups et blessures volontaires ; dégradation volontaire aggravée de biens ; incitation à commettre des actes contraires au règlement et à la discipline, le Sergent-chef Koussoubé Roger dit « le Touareg » reconnait partiellement les faits qui lui sont reprochés. Il reconnait avoir effectué une descente au niveau de la Radio Savane FM où il y a eu dégradation de biens. Le Sergent-chef était à la barre ce mardi 10 juillet 2018.

Face aux juges, le Sergent-chef Koussoubé Roger rejette en bloc les propos tenus par l’Adjudant-major Badiel Eloi qui avait indiqué qu’il serait celui-là qui l’avait rapporté l’information selon laquelle le Général Gilbert Diendiéré instruisait à ce qu’il interpelle les autorités de la Transition. Selon le « Touareg », malgré les rapports de confiance qu’il entretenait avec le Général Diendiéré, ce dernier ne pouvait pas lui confier une telle mission à cause de son grade de Sergent-chef. Le Régiment de sécurité présidentielle (RSP) disposait d’une dizaine d’Officiers-supérieurs à qui le Général pouvait confier cette mission. Le Sergent-chef affirme être arrivé à Kossyam alors que les autorités de la transition étaient déjà arrêtées. Ensuite à la demande du Major Badiel, il a été du cortège qui s’est rendu au domicile du Général Diendiéré pour le ramener au Camp Naaba Koom.

En tant qu’agent de renseignement, le Sergent-chef Koussoubé Roger dit n’être donc nullement impliqué ni dans les actes préparatoires, ni dans les actes exécutoires du putsch manqué de septembre 2015. Cependant, lors de ces évènements, le « Touareg » reconnait avoir effectué trois missions hors du palais sur instruction du commandement. La première au niveau de Savane FM, après que des informations à leur disposition indiquaient que le récepteur de la fameuse « Radio de la résistance » se trouvait en ce lieu. La seconde mission était celle d’enlever les barricades au niveau du Boulevard Mouammar Kadhafi et du SIAO. Enfin, il lui avait été demandé d’assurer la sécurité dans les environs de l’hôtel Libya.

Le RSP, un corps à trois têtes

Lors de son audition, le Sergent-chef Koussoubé Roger, agent de renseignement burkinabè, a indiqué que le Régiment de sécurité présidentiel (RSP) était divisé. Il y a avait trois groupes. Le premier était pro-Zida, le second pro-Bassolé et le dernier reste celui qui est « resté fidèle au corps ». Et concernant l’intrigante influence de Djibril Bassolé au sein du RSP, le Sergent-chef Koussoubé Roger a indiqué que c’est une réalité et que ce n’est pas par « hasard qu’il se trouve parmi nous ».

La journée du 10 juillet n’a pas permis de finir avec l’interrogatoire du Sergent-chef Koussoubé Roger. Il se poursuit ce mercredi 11 juillet 2018.

226infos.net

Lire aussi

Code électoral: « cette loi du 30 juillet 2018 comporte toujours des imperfections d’ordre technique mais… » Harouna Dicko

De 1991 à 2001, quatre codes électoraux ont été adoptés au Burkina Faso. Le quatrième …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *