mercredi 15 août 2018
Home | ACTUALITES | Procès du putsch manqué : Le Soldat de première classe Ly Amadou ne reconnait pas les faits

Procès du putsch manqué : Le Soldat de première classe Ly Amadou ne reconnait pas les faits

 

Le procès du putsch manqué de septembre 2015 s’est poursuivi cet après-midi du 04 juillet 2018 à Ouagadougou. Le soldat de première classe Ly Amadou est passé à la barre.

Le Soldat de première classe ne reconnait pas les faits qui lui sont reprochés. Il relate qu’au jour du 16 septembre 2015, il a été joint au téléphone aux environs de 10 heures par Jean- Florent Nion, son chef, qui lui ordonnait de venir renforcer un poste de détection au niveau du bâtiment de la présidence du Faso. Lui qui était à son domicile au moment de l’appel de son supérieur a finalement rejoint le poste de détection de la présidence autour de 13 heures. Il y a assuré le service jusqu’autour de 17 heures avant de chercher à voir le chef Nion à la Présidence. C’est dans ses efforts de recherche du Chef Nion qu’il a rencontré le Sergent-chef Bouda, l’adjoint de Nion, qui lui instruira d’assurer la sécurité d’un autre bâtiment au sein de la Présidence. C’est dans ce bâtiment qu’étaient détenues les autorités de la Transition. Le Soldat Ly indiquera ne pas avoir préalablement su que lesdites autorités y étaient retenues. Dans son esprit, seul Yacouba Isaac Zida y était retenu. Il dit avoir appris l’effectivité du Coup d’Etat le lendemain, soit le 17 septembre 2015.

Le Soldat Ly Amadou assurera la sécurité de ce bâtiment jusqu’au 26 septembre 2015. A cette date, il a accompagné son supérieur au domicile du regretté Salifou Diallo dont la maison été en train d’être incendiée par des individus. Ses supérieurs et lui se sont donc investis à circonscrire l’incendie, limiter le pillage qui était en cours et interpellé certains présumés auteurs. Selon le Soldat Ly, les personnes interpellées ont été mises à la disposition des gardes postés au domicile de Salifou Diallo.

L’inculpé ne reconnait donc pas dans les faits qui lui reprochés et rejette en bloc les accusations de coups et blessures sur une quarantaine de personnes et sur le meurtre de 13 personnes.

L’audience du putsch a été suspendue après les débats et le Président a annoncé sa reprise pour le vendredi 06 juillet prochain.

226infos.net

Lire aussi

Code électoral: « cette loi du 30 juillet 2018 comporte toujours des imperfections d’ordre technique mais… » Harouna Dicko

De 1991 à 2001, quatre codes électoraux ont été adoptés au Burkina Faso. Le quatrième …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *