mercredi 15 août 2018
Home | ACTUALITES | Interview – Politique : « Je serai candidat en 2020 », Aboubacar Balima, Président du PS-Burkina

Interview – Politique : « Je serai candidat en 2020 », Aboubacar Balima, Président du PS-Burkina

 

Après le Président Roch Marc Christian Kaboré, un autre homme politique s’est déclaré candidat à l’élection présidentielle de 2020. Jeune, ancien membre du mouvement Brassard noir, ancien membre du bureau politique national du Mouvement pour le peuple et le progrès (MPP) et ancien député du Conseil national de la transition (CNT), Aboubacar Balima, actuel Président du PS-Burkina veut être le candidat de la jeunesse lors de l’élection présidentielle à venir. Aboubacar ne peint pas en noir le bilan à mi-mandat du président Roch Marc Christian Kaboré, mais estime que le président Kaboré devrait améliorer sa gouvernance en prenant en compte les critiques de l’ensemble des burkinabè afin d’atteindre ses objectifs consignés dans le Plan national de développement économique et social ( PNDES). Toutes ses annonces, il les ont faites lors d’une interview qu’il nous ait accordée ce lundi 25 juin 2018 au siège de son parti à Ouagadougou.

226infos.net : Comment se porte votre parti le PS-Burkina près de dix mois après sa reconnaissance officielle par les autorités burkinabè ?

A.Balima : En dix mois, nous avons réussi à implanter notre parti sur une bonne partie du territoire national et nous travaillons à son implantation dans les autres pays d’Afrique et du monde. Nous avons bon espoir que d’ici 2020 ce sera une réalité. Déjà, je peux dire que le bilan est satisfaisant et chaque jour nous enregistrons de nouveaux militants convaincus par notre idéologie.

226infos.net : Vous avez indiqué lors de votre conférence de presse du 25 novembre dernier que vous choisirez votre camp politique après avoir réussi votre ancrage sur le territoire national, près de dix mois après, où faut-il loger le Ps-Burkina ? De l’opposition, de la majorité ou du centre ?

A.Balima : Nous pensons qu’actuellement la question est encore très fébrile. Pour nous, il faudra encore travailler à un meilleur ancrage du parti surtout sur le plan national. Vous savez que réussir un maillage entier du territoire national n’est pas une tâche aisée, surtout pour un parti de jeunes qui a seulement dix mois d’existence. Nous ne sommes donc pas encore à mesure de nous situer dans un camp politique donné pour l’instant. Mais cela ne saurait durer vu le travail d’ancrage qui se poursuit.

226infos.net : De façon générale, comment appréciez-vous la gouvernance du Président Roch Marc Christian Kaboré qui a déjà fait la moitié de son mandat ?

A.Balima : Je crois qu’elle n’est pas mauvaise, la gouvernance du Président Roch Marc Christian Kaboré, mais il y a des améliorations à plusieurs niveaux qu’il faut apporter. Nous avons remarqué par exemple qu’au niveau des infrastructures il y a eu beaucoup d’avancées. Aussi, dans le secteur de l’éducation on voit que des efforts sont en train d’être faits pour mettre fin au désolant spectacle des écoles sous-paillotes. Il faudra améliorer encore la qualité de l’enseignement servi aux élèves et étudiants burkinabè à travers le renforcement des infrastructures scolaires et universitaires et de la capacité du personnel enseignant. Mais au-delà de tout, il faut aussi savoir interpeller le gouvernement sur la nécessité de l’amélioration des conditions de vie des burkinabè. Il faudra par exemple pour le gouvernement de travailler à mettre en place une politique de sécurité alimentaire performante pour mettre l’ensemble des citoyens en sécurité alimentaire. Il faudrait également travailler à un apaisement du front social à travers l’instauration d’un dialogue franc et sincère qui réunira les filles et fils du pays des hommes intègres. Nous sommes, en résumé, certains que le Burkina Faso ne va pas sombrer.

226infos.net : Le front social est resté surchauffé de façon constante depuis l’arrivée du MPP au pouvoir, qu’est-ce qui peut bien expliquer cette situation ? Est-ce la conséquence de l’incapacité du MPP à pouvoir gérer de façon optimum les préoccupations sociales auxquelles il fait face ?

A.Balima : Non je ne le crois, cela pouvait être encore pire si c’était une autre personne. Il faudra que chaque burkinabè puisse se dire que l’Etat c’est lui et qu’il travaille en conséquence à ajouter sa pierre à l’édification d’un Burkina Faso apaisé et prospère. Les populations doivent accompagner les autorités burkinabè dans la concrétisation du programme du Président. Le Gouvernement actuel est en train d’abattre un travail, les populations sont-elles oui ou non satisfaites de ce qui est fait comme travail, cette population jugera de la pertinence des actes posés en 2020 et pourra librement décider si oui ou non elle accorde un second mandat au Président Kaboré.

226infos.net : La sécurité est l’un des gros points noirs de cette gouvernance. La précarité de la situation sécuritaire au Burkina est-elle liée à l’incapacité des gouvernants actuels à trouver un remède efficace et durable au phénomène du terrorisme ?

A.Balima : Je ne crois pas que la précarité de la situation sécuritaire est forcément la conséquence de l’incapacité des autorités actuelles à pouvoir la contenir. Bien d’autres pays, plus puissants que le Burkina Faso font aussi face au phénomène du terrorisme par exemple. Donc ce n’est pas parce que le gouvernement n’est pas efficace que le terrorisme endeuille encore des populations burkinabè. Je veux saisir l’opportunité que vous m’offrez pour témoigner tout le soutien et les encouragements du PS-Burkina aux Forces de défense et de sécurité. Pour vaincre le terrorisme, il faut une nette complicité entre les Forces de défense et de sécurité et les populations. Sans cette complicité, tous les efforts courent le risque d’être réduits à néant.

226infos.net : Votre parti s’est particulièrement engagé à soutenir les élèves en classe d’examen dans les révisions, est-ce que vous comprenez le gouvernement dans son choix de différer la composition des candidats des régions du Nord et du Sahel ?

A.Balima : Nous avons été profondément touchés par cette situation. Nous réitérons notre soutien aux élèves du Nord et du Sahel l et nous nous engageons à pouvoir organiser des cours d’appui au profit de ces élèves.

226infos.net : Le Président du Faso est à la moitié de son mandat est-il sur la bonne trajectoire pour atteindre ses objectifs d’ici la fin de son mandat ?

A.Balima : Je crois que s’il continue à travailler comme il le fait, il pourra effectivement atteindre les objectifs qu’il s’est fixés. J’ai toujours dit qu’il faut accompagner les différents gouvernements dans l’atteinte de leurs objectifs, je le dis non pas parce qu’il s’agit là du MPP. Il faut toujours faire triompher l’intérêt supérieur de la Nation. Accompagner le pouvoir ne veux pas forcément dire aller au gouvernement ou être dans la mouvance. Les critiques, même acerbes, pour peu qu’elles soient constructives constituent également une sorte d’accompagnement des pouvoirs dans l’atteinte de leurs objectifs.

226infos.net : Au cours de son échange avec la presse sur son bilan de mi-mandat, Roch Kaboré a laissé entendre qu’il sera candidat en 2020, seriez-vous prêt à l’accompagner ?

A.Balima : Et pourquoi pas le Ps-Burkina ? Le Ps-Burkina pourrait aussi arriver au pouvoir en 2020.

226infos.net : Faut-il entendre par là qu’Aboubacar Balima sera candidat aux échéances présidentielles de 2020 ?

A.Balima : Je serai candidat en 2020, le candidat de la jeunesse, si Dieu le veut bien et si la santé y est. Nous avons un programme qui est en train d’être élaboré. Si vous voyez que nous sommes en train de poser des actes concrets sur le terrain, cela participe de cette vision de notre stratégie politique de conquête du pouvoir. Nous allons repenser la politique parce qu’il ne s’agira pas pour nous de distribuer de l’argent à des jeunes et des femmes pour qu’ils nous accordent leur voix. Nous allons déployer une stratégie innovante et performante qui nous ouvrira la voix à n’en point douter les portes du palais de Kossyam.

226infos.net

Lire aussi

Code électoral: « cette loi du 30 juillet 2018 comporte toujours des imperfections d’ordre technique mais… » Harouna Dicko

De 1991 à 2001, quatre codes électoraux ont été adoptés au Burkina Faso. Le quatrième …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *