lundi 19 novembre 2018
Home | ACTUALITES | BEPC 2018 : Les damnés du Sahel!

BEPC 2018 : Les damnés du Sahel!

 

Les examens du Brevet d’étude du premier cycle (BEPC) ont officiellement été lancés ce lundi 18 juin 2018 à Ouagadougou par le Ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, Stanislas Ouaro. Ce lancement officiel devrait marquer l’entrée en lice de 315.235 candidats inscrits, mais il faudra soustraire le nombre des inscrits du Sahel. Les élèves de cette partie du Burkina Faso devraient patienter encore avant de passer leurs examens.

La non-tenue des examens du Brevet d’étude du premier cycle (BEPC) dans le Sahel burkinabè reste une victoire pour les forces obscurantistes déterminées à garder les jeunes de cette partie du pays des hommes intègres loin de la Lumière. Pire, elle apporte de l’eau au moulin de ces forces obscurantistes qui cherchent des arguments pour prouver à cette population que les autorités n’ont que faire de leur situation de misère. Les raisons sécuritaires évoquées pour différer la ténue du BEPC dans cette partie du Burkina Faso ne sont certainement pas fallacieuses, mais les autorités burkinabè n’ignoraient pas que sans un certain nombre de garde-fous il était illusoire de pouvoir y organiser des examens. Il y avait suffisamment d’indices qui interpellaient les autorités à prendre très au sérieux cette question de la ténue des examens dans le Sahel. Ces autorités ne sont certainement pas restées les bras croisés, mais c’est tout comme. Le Ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, Stanislas Ouaro indiquait constamment que des dispositions sont en train d’être prises pour que l’ensemble des élèves du Burkina Faso puisse composer en toute sérénité. Peut-être que des dispositions ont été prises, mais les élèves du Sahel n’ont pas encore composé.

Mais, Stanislas Ouaro est confiant. Il indique ce lundi que les élèves composeront. Des stratégies sont en train d’être déployées pour permettre à ses élèves de pouvoir bénéficier de cours d’appui afin d’être au top et pouvoir composer lors d’une session spéciale. Le premier responsable du département de l’enseignement et de l’éducation nationale ne communique cependant pas de date, juste qu’elle aura lieu avant octobre, la rentrée prochaine. Il saute bien à l’œil que cette stratégie du Ministre buttera sur les réalités socio-économiques du Sahel en cette période d’hivernage. Le début de l’hivernage brouillera les pions du Ministre. Il est connu que les élèves du Sahel sont assez sollicités pendant cette période de l’année pour les activités liées à l’élevage. Ces activités liées à l’élevage ont toujours précipité les vacances scolaires dans cette partie du Burkina Faso depuis très longtemps. Les autorités burkinabè réussiront difficilement à imposer un programme à ses élèves du Sahel durant en tout cette période d’hivernage.

Le gouvernement burkinabè a une nouvelle patate chaude entre les mains, c’est évident. Il se voit rattraper par la gestion de la crise qui l’a opposée à Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) et surtout par la sous-estimation de la capacité des forces obscurantistes du Sahel à prendre en implicitement en otage l’éducation et les examens dans cette partie du Burkina Faso.

226infos.net

Check Also

République démocratique du Congo : Le ridicule a son camp politique !

République démocratique du Congo : Le ridicule a son camp politique  La sérénité aura quitté le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *