mercredi 15 août 2018
Home | ACTUALITES | Litige dans l’attribution du projet Tambao : Le Tribunal arbitral refuse de faire droit aux mesures provisoires

Litige dans l’attribution du projet Tambao : Le Tribunal arbitral refuse de faire droit aux mesures provisoires

LE TRIBUNAL ARBITRAL, SAISI DU LITIGE OPPOSANT TROIS SOCIÉTÉS DU GROUPE PAN AFRICAN MINERALS AU BURKINA FASO RELATIVEMENT AU PROJET INTÉGRÉ TAMBAO, A RENDU CE VENDREDI 11 MAI 2018 UNE ORDONNANCE REFUSANT DE FAIRE DROIT AUX MESURES PROVISOIRES SOLLICITÉES PAR LES DEMANDERESSES.

Aux termes d’une ordonnance rendue le 11 mai dernier, le Tribunal arbitral constitué sous l’égide de la Chambre du Commerce Internationale (CCI) dans un litige opposant les sociétés Pan African Burkina Limited (PAB), Pan African Minerals Burkina SARL (PAMB) et Pan African Tambao (PAT), trois sociétés détenues par M. Frank Timis, à l’Etat du Faso, a refusé de faire droit à la demande de « mesures provisoires » sollicitées par les sociétés du Groupe Timis.  Pour rappel, ce différend concerne le Projet Tambao, comprenant un volet minier avec, notamment, l’exploitation de la Mine de manganèse de Tambao, ainsi que des volets ferroviaire et routier ; Projet attribué à Pan African Burkina Limited sous l’ère Compaoré à l’issue d’une procédure irrégulière et traduisant de graves faits de corruption.

Ces « mesures provisoires » avaient été sollicitées le 8 mars 2018 par les trois sociétés du Groupe Timis ci-dessus citées, à la suite de la mise en œuvre, par le Burkina Faso, de son droit contractuel de résiliation ; le Burkina Faso se montrant ainsi soucieux de mettre un terme à un contrat illégal et contraire à l’ordre public international dont le cocontractant n’a montré aucune volonté ni capacité d’exécuter les obligations mises à sa charge.

Le Burkina Faso, qui avait très clairement exprimé son souhait de retrouver au plus vite et régulièrement, un repreneur réellement en mesure d’exploiter la Mine de manganèse de Tambao conformément aux intérêts de l’État burkinabè, et de prendre en charge la construction des infrastructures propres à désenclaver la région du sahel et ses populations, pourra ainsi mettre prochainement en œuvre une procédure de réattribution du Projet intégré de Tambao.

 

Le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement,

Rémis Fulgance DANDJINOU

 Officier de l’ordre national

Lire aussi

Code électoral: « cette loi du 30 juillet 2018 comporte toujours des imperfections d’ordre technique mais… » Harouna Dicko

De 1991 à 2001, quatre codes électoraux ont été adoptés au Burkina Faso. Le quatrième …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *