dimanche 24 juin 2018
Home | ACTUALITES | Interview : « Il n’y a pas plus grand échec pour un Président que de n’être pas en mesure de préserver l’intégrité territoriale de son pays ainsi que de préserver la vie de ses concitoyens » dixit Clauvice Valère Wangrawa, Président du ROAJIF

Interview : « Il n’y a pas plus grand échec pour un Président que de n’être pas en mesure de préserver l’intégrité territoriale de son pays ainsi que de préserver la vie de ses concitoyens » dixit Clauvice Valère Wangrawa, Président du ROAJIF

 

Depuis juin 2012, il est à la tête d’une association de jeunes ouest africains dénommée Réseau ouest africain des jeunes pour l’intégration et la formation (ROAJIF). Clauvice Valère Wangrawa, puisque c’est de lui qu’il s’agit, nous livre dans cette interview sa lecture sur des questions spécifiques de l’heure actuelle au Burkina Faso. Clauvice Valère Wangrawa pense bien qu’un jeune à la présidence du Faso en 2020, c’est bien possible, mais ce n’est pas sans à priori. Face à la précarité de la situation sécuritaire également, il propose d’adopter une démarche toute particulière.

Lisez plutôt.

 

226infos : Comment se porte le ROAJIF, la structure associative de jeunes dont vous êtes le Président ?

Clauvice Valère Wangrawa : Je dois dire que le ROAJIF se porte bien et même très bien. En effet depuis sa création le 24 juin 2012, le Réseau Ouest Africain des Jeunes pour l’Intégration et la Formation (ROAJIF) n’a cessé d’enregistrer l’adhésion de nouveaux membres. Cela est dû au fait que nous œuvrons au quotidien à offrir aux jeunes une meilleure formation pouvant faciliter leur intégration professionnelle et sociale. Les jeunes, alors en quête de vertus viennent de plus à nous pour construire un bloc monolithique solide et développer leurs capacités. Je suis personnellement honoré pour la confiance renouvelée envers ma modeste personne pour conduire cette structure.

226infos : En tant que jeune leader d’association, comment appréciez-vous les actions menées par les autorités actuelles en faveur des jeunes ?

C.V.W. : La jeunesse constitue un atout indéniable car étant le présent et l’avenir de notre nation. Je suis chagriné qu’un gouvernement socialiste aborde avec légèreté les problèmes de sa masse populaire, fer de lance de tout développement. En tant que leader d’association de jeunes, je peux dire sans être amer que la jeunesse burkinabè traverse les pires moments de son existence: l’unité et la cohésion entre jeunes est mise à mal, la jeunesse est sans identité et n’a plus prise sur la maîtrise de son destin car étant sans espoir. Les problèmes de la jeunesse sont connus. Il s’agit notamment de l’emploi, de l’éducation et de l’agriculture pour la jeunesse rurale. Le PAE-JF, Burkina Start up, le PEJEN, etc. ont apporté quelles solutions définitives aux préoccupations de la jeunesse, 70% de notre population? Ce sont des actions vides de sens et détachées de nos réalités.

226infos : Au-delà de ces actions et bien d’autres en cours, le Président Roch Kaboré fait dans la promotion des jeunes. Il a par exemple de jeunes ministres dans son gouvernement, ceux en charge de la Jeunesse, de l’Energie, du Commerce etc. Comment appréciez-vous cette option de promotion du locataire de Kosyam?

C.V.W. : Quoique cette option soit stratégique pour des intérêts politiques, moi en tant que prédicateur du renouvellement de la classe politique, je salue l’entrée de ces jeunes dans le gouvernement. Cela doit constituer de toute évidence une priorité nationale afin de préparer effectivement la jeunesse à s’assumer et à s’affirmer pour ainsi se libérer du joug des parrains et des mentors véreux.

226infos : On assiste depuis un certain temps à la naissance de nouveaux partis politiques de jeunes au Burkina Faso. Comment comprenez-vous l’avènement de ces nouveaux partis dans un pays qui compte déjà plus de 150 partis politiques ?

C.V.W. : Cette nouvelle ère qui vient de s’ouvrir n’est qu’à ses premières heures. Cela est dû à une volonté de la jeunesse de briser des chaînes qui entravent son action, et de se débarrasser de la décrépitude morale qui règne au sein des partis politiques existant. J’apprécie cela positivement parce que nous assisterons bientôt à l’arrivée d’une nouvelle race de politiciens capables de résister, de lutter, de vaincre et de proposer une vision et un destin digne à notre peuple. Les plus de 150 partis politiques existant sont à leur apogée et assisteront bientôt à leur déclin, car face à leurs méthodes défectueuses utilisées autrefois pour duper la population il y aura la formidable et énergique volonté de développement de notre jeunesse voulant amener le Burkina à occuper une place de choix dans le monde.

226infos : Avec l’arrivée de ces partis politiques et les agissements des anciens partis, tout porte à croire que 2020 sera très mouvementé et suffisamment disputé. Faut-il s’attendre à l’arrivée d’un jeune au pouvoir ou au moins l’espérer?

C.V.W. : 2020 sera certainement très mouvementé mais pour y arriver il nous faut vivre 2018 et traverser 2019. Et nous avons l’impression que beaucoup de nos politiciens vivent dans le futur et cela est dangereux pour une nation déjà fragile. La jeunesse aura pour une fois toutes les cartes en main pour prendre son envol. Pendant que les trois baobabs se chicaneraient fiévreusement et n’hésiteraient pas à avoir recours à des actes pas catholiques, une jeunesse révoltée, organisée et unies autour d’un leader issu de son rang, marquera inéluctablement des points aux yeux des électeurs. Un jeune président du Faso en 2020, c’est une équation difficile mais pas impossible.

226infos : Alors si un jeune devrait être élu Président en 2020, sur quelles bases devrait-il être possible ?

C.V.W. : Nous ne saurons répondre à cette question en occultant les réalités du terrain politique burkinabè. Sans connaitre les détails de la situation présente et sans les avoir approchés avec l’affection pour le peuple, il serait impossible d’établir un système de direction et de commandement à même de fédérer les esprits. Seul un jeune ayant complètement une maîtrise de la situation de la jeunesse en particulier et du Burkina en général, un jeune rassembleur avec des idées novatrices et réalisables, un jeune qui est totalement franc avec lui-même, peut conduire le Faso sur le chantier du développement. Responsable, dynamique et visionnaire.

226infos : La question sécuritaire sera certainement l’une des questions les plus embarrassantes pour le pouvoir du MPP lors de la prochaine campagne électorale. Pensez-vous que la précarité de la situation sécuritaire actuelle est la conséquence d’une incompétence des autorités actuelles ?

C.V.W. : La meilleure manière d’assurer la sécurité d’un pays c’est d’œuvrer à maintenir l’unité et la cohésion nationale. Un gouvernement ayant hérité d’un pays fragile se devait d’avoir pour priorité la reconstruction des bases d’une Nation en paix au sein duquel toutes les communautés seront réconciliées. La situation sécuritaire actuelle de notre pays est la résultante de l’échec ou de la non-considération d’un tel pilier. Il n’y a pas plus grand échec pour un Président que de n’être pas en mesure de préserver l’intégrité territoriale de son pays ainsi que de préserver la vie de ses concitoyens. Nous ne croyons pas que le MPP puisse disposer d’arguments solides pour justifier une telle vulnérabilité.

226infos : Quelles solutions proposez-vous pour venir à bout du phénomène du terrorisme au Burkina Faso ?

C.V.W. : D’abord, il convient de souligner que dans le contexte burkinabè, il est primordial de renforcer toutes nos fragilités structurelles. Pour se faire, la solution que nous proposons est toute simple: le dialogue.

Convoquer en assise nationale toutes les personnes qui ont eu à servir dans le sahel, au nord et à l’est depuis les années 1990 et qui sont toujours vivantes. Posez-leur des questions. Pourquoi c’est maintenant que nous sommes attaqués? Pourquoi pas avant? Vous en serez certainement très édifiés par les multiples révélations que vous entendrez. On ajoutera à cela: Un retour urgent des partenaires techniques et financiers, les associations, les ONG, etc. dans les zones attaquées. Prendre langue avec les extrémistes et engager des pourparlers car aucune compromission n’est de trop pour préserver la vie de nos concitoyens et garantir leur épanouissement. Que Dieu bénisse le Burkina !

226infos : Nous vous remercions !

226infos.net

Lire aussi

Immigration : Plus de 1.000 personnes noyées en Méditerranée depuis janvier 2018

  Plus de 1.000 personnes se sont noyées en Méditerranée centrale depuis janvier 2018 selon …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *