mardi 14 août 2018
Home | ACTUALITES | Production minière au Burkina Faso – Développement : Plus 226 milliards au budget de l’Etat, mais ‘’toujours insuffisant’’

Production minière au Burkina Faso – Développement : Plus 226 milliards au budget de l’Etat, mais ‘’toujours insuffisant’’

 

La production minière au Burkina Faso est passée de 38,5 tonnes en 2016 à 45,8 tonnes en 2017, soit une progression de 18,9%. Cette croissance s’est fait ressentir dans les caisses de l’Etat. Elle a, en effet, rapporté au budget de l’Etat burkinabè la bagatelle de 226 milliards de franc cfa contre une valeur de 190 milliards en 2016. Cette progression a été saluée par Paul Kaba Thièba, lors de son passage devant la représentation nationale le 12 avril dernier, qui a aussitôt annoncé la poursuite des « efforts d’organisation et de développement » d’un secteur qui a employé près de 9.000 personnes en 2017, pour ce qui est des mines industrielles.

Avec l’entrée en production des mines d’or de Houndé dans le Tuy, le nombre total des mines industrielles présentes au Burkina Faso est passé à douze. Et c’est essentiellement le dynamisme de ces douze sociétés minières qui ont permis de faire passer la part contributive du secteur minier au budget de l’Etat de 190 milliards à 226 milliards de franc cfa en une année. Si cette progression est saluée par les autorités burkinabè, par la voix du chef de la primature, elle ne fait pas rougir des Organisations de la société civile comme l’Organisation démocratique de la jeunesse (O.D.J.). Si l’O.D.J. n’est pas contre les sociétés minières au Burkina Faso, elle voit en leur présence au pays des hommes intègres une manière pour les autorités de brader les richesses du pays. Le Burkina Faso ne profitera pas assez de sa réserve aurifère tant que cette richesse va être exploitée par les sociétés « étrangères ». Mais remettre l’Etat au cœur de l’exploitation minière au Burkina Faso n’enchante pas certains acteurs du secteur minier. Pour eux, la douloureuse expérience de la mine d’or de Pourra devrait refreiner les ardeurs de ceux qui veulent ramener l’Etat au cœur de l’exploitation minière. Il se pose également à leurs yeux la question de la compétence technique et des investissements à réaliser ; et surtout de la capacité de l’Etat à faire face aux risques de ces investissements.

Tout compte fait, les mines industrielles contribuent à renflouer un peu plus les caisses de l’Etat. Les 10% des recettes qui reviennent à l’Etat peuvent également être améliorés, il faudra travailler donc à l’améliorer en attendant un hypothétique espoir de voir l’Etat se substituer aux sociétés minières.

226infos.net

Lire aussi

Insécurité – Est du Burkina : Des gendarmes et un civil tués

Cinq gendarmes burkinabè et un civil ont été tués ce samedi 11 août 2018 après …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *