mardi 14 août 2018
Home | ACTUALITES | Burkina Faso – USA : Le Millenium challenge account, un programme américain en danger ?

Burkina Faso – USA : Le Millenium challenge account, un programme américain en danger ?

 

Le Burkina Faso a voté pour la condamnation de la décision de l’administration Trump de reconnaitre Jérusalem comme la capitale de l’Etat d’Israël. A quelques heures de ce vote à l’Assemblée générale des nations unies ce jeudi 21 décembre 2017, Donald Trump et la représentante des Etats unis à l’ONU ont menacé de représailles financières les Etats qui voteront pour la condamnation de leur décision. Il s’entend que le Burkina Faso qui a ignoré ces menaces non voilées pourrait essuyer le courroux américain. Et il y a des raisons de croire que l’espoir suscité par le programme américain Millénium challenge account au Burkina Faso pourrait devenir une chimère.

Ce programme américain a pourtant démontré à quel point il peut impacter sur le développement des Etats bénéficiaires. Le Compact américain a su donner un contenu innovant et efficace à l’aide publique au développement. Le premier compact qui a duré de juillet 2009 à juillet 2014 a prouvé toute l’efficacité d’un mécanisme exigeant certes, mais combien porté vers l’impulsion d’un développement à la base. Les résultats concrets de ce programme ont convaincu plus d’un burkinabè qu’un second Compact sera d’une autre bouffée d’oxygène pour le développement du pays des hommes intègres. C’est pourquoi, l’annonce de la reconduction de ce Compact a été accueillie comme une victoire pour le Burkina Faso. Les travaux préparatoires pour la mise en œuvre de ce programme sont en cours et le début des projets du Compact devrait être effectif en principe au cours de l’année 2018.

Alors que le Burkina Faso s’active donc à recevoir « des centaines de millions » de dollars du peuple américain, le pays des hommes intègres a voté, au nom de sa « souveraineté nationale » contre la décision de l’administration Trump de reconnaitre Jérusalem comme la capitale d’Israël. Les menaces de Donald Trump n’auront pas fait plier le Burkina Faso, malgré des espoirs considérables que suscitent les projets et les actions américains sur son développement.

Mettre un terme à un projet purement américain dans un autre Etat relève de la souveraineté des Etats unis. Il est également de la souveraineté du Burkina Faso de donner son libre point de vue sur une question donnée. Brandir les représailles financières pour contraindre le Burkina Faso a renoncé publiquement, officiellement et honteusement à sa liberté n’est rien d’autre qu’une aberration et une méconnaissance de toute la portée de l’essence de l’intégrité de ce peuple résumé dans cette expression «  La patrie ou la mort, nous vaincrons ! ».

226infos.net

Lire aussi

Insécurité – Est du Burkina : Des gendarmes et un civil tués

Cinq gendarmes burkinabè et un civil ont été tués ce samedi 11 août 2018 après …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *