mercredi 15 août 2018
Home | ACTUALITES | Emmanuel Macron – Rupture avec le franc cfa : La balle dans le camp de la jeunesse africaine et de leurs autorités

Emmanuel Macron – Rupture avec le franc cfa : La balle dans le camp de la jeunesse africaine et de leurs autorités

 

Lors de son discours à l’Université Ouaga 1 Pr Joseph Ki-Zerbo, Emmanuel Macron a été on ne peut plus clair sur la question du franc cfa, une question qui empoisonne les rapports entre la France et plusieurs Organisations de la société civile africaine. Emmanuel Macron a indiqué sans aucune ambiguïté que son pays n’est pas le « maitre » du Franc cfa, il n’en est que le « garant ». Il explique par ailleurs que les Etats qui y adhèrent le font de façon libre, et si un Etat estime à un moment donné qu’il a intérêt à quitter le franc cfa, il le fait de façon libre sans aucune contrainte.

Le message d’Emmanuel Macron à la jeunesse anti-cfa est par conséquent limpide. Il invite simplement cette jeunesse à convaincre leurs autorités à entamer les démarches pour une sortie du franc cfa, si elle estime que le rayonnement de leur pays commencera là où cessera le franc cfa.

Si Emmanuel Macron assure que la France ne serait pas contre le fait qu’un Etat quitte le franc cfa, alors la lutte pour une sortie du franc cfa doit effectivement être orientée vers les autorités locales. Il appartient à ces autorités de faire le choix d’une sortie du franc cfa, voire de la fin du franc cfa… Et le tour est joué.

Cependant, les Présidents africains sont divisés sur cette question de la monnaie qualifiée de coloniale entre autres par les disciples de Kémi Séba et des organisations anti-impérialistes. Les Présidents Macky Sall et Alassane Dramane Ouattara sont les principaux défenseurs de cette monnaie. Avec une verve toute particulière, ils défendent cette monnaie et font d’elle la garante d’un développement durable et d’une stabilité économique enviable. Face à ces avocats du cfa se dresse le tchadien Idriss Déby Itno. Il ne manque pas l’occasion d’exprimer son opposition au franc cfa. A ses côtés, il y a le Nigérien Issoufou et le burkinabè Roch Kaboré. Mais ces chefs d’Etat n’ont pas toujours fait preuve de vigueur dans leur rejet du franc cfa.

De toute évidence, le Président français jette la balle dans le camp des dirigeants africains et de leur jeunesse. S’ils estiment ne pas avoir leur compte dans le franc cfa, ils ont l’entière liberté de se retirer.

226infos.net

Lire aussi

Code électoral: « cette loi du 30 juillet 2018 comporte toujours des imperfections d’ordre technique mais… » Harouna Dicko

De 1991 à 2001, quatre codes électoraux ont été adoptés au Burkina Faso. Le quatrième …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *