vendredi 21 juillet 2017
Home | ACTUALITES | La rumeur et la désinformation sont-elles les raisons de l’engouement des jeunes et des femmes pour le PAE/JF ?

La rumeur et la désinformation sont-elles les raisons de l’engouement des jeunes et des femmes pour le PAE/JF ?

 

L’unité de Coordination du Projet d’autonomisation économique des jeunes et des femmes (PAE/JF) a décidé de la prolongation du dernier délai pour le dépôt des dossiers de financement des jeunes et des femmes. Initialement prévu pour le 05 juillet, ce délai a été ramené au vendredi 07 juillet 2017 dans toutes les régions du Burkina Faso.

L’engouement des jeunes et des femmes pour le projet reste l’une des principales raisons qui a suscité cette décision des autorités chargées de la coordination de ce projet. Si dès les premières heures du dépôt il y avait un apparent désintérêt pour le projet, les lendemains du 25 juin ont permis de constater un réel engouement des jeunes et des femmes pour le projet. Ces derniers ont pris d’assaut les différents guichets de dépôt dans le but de réussir à déposer leurs dossiers et à être d’heureux bénéficiaires de ce fonds de 5 milliard de franc CFA. Mais même avec la prolongation du délai, beaucoup estiment toujours qu’une bonne partie de la population ne pourra pas déposer leurs dossiers car « plus la date de la fin des dépôts avance, plus on constate davantage de postulants » lance un jeune dans la longue file d’attente devant le Palais de la jeunesse et de la culture Jean-Pierre Guingané.

Les raisons de ce soudain engouement pour le PAE/JF sont certes nombreuses, mais les rumeurs et la désinformation ont contribué aussi à susciter plus d’engouement. En effet, certains estiment, dans les rangs, que le fonds de 5 milliards destinés au financement des projets est juste une manière pour le Président Kaboré de distribuer de façon gracieuse et sans arrière-pensée de l’argent aux jeunes et aux femmes. Comme il n’est pas trop indiqué de dire ouvertement aux jeunes et aux femmes de s’aligner pour prendre l’argent, il a trouvé l’alibi de financer un projet de création d’emploi des jeunes et des femmes. La quasi absence de garantie serait la preuve que  le remboursement n’est ni un souci ni une exigence pour le généreux donateur. Ainsi s’abstenir d’aller « prendre l’argent de l’Etat » est une absurdité inqualifiable.

Bien évidemment, nombre de personnes vont aux différents guichets avec la réelle volonté de réaliser un projet qui leur permettra de bâtir une économie et de rembourser par la suite la somme empruntée afin que le fonds puisse profiter à d’autres personnes. Cependant, le manque d’information et la rumeur qui circule laisse transparaitre un énorme besoin de communication de la part des autorités.

226infos.net

Lire aussi

Rapport du Conseil supérieur de la magistrature (CSM): L’UNIR/PS exige la publication du rapport

La commission d’enquête du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) informait l’opinion publique nationale et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *