jeudi 22 juin 2017
Home | ACTUALITES | Burkina Faso – OSC : « L’heure est grave… Les autorités politiques ont vraisemblablement perdu le Nord », dixit Ben Azise Ouattara du Collectif pour un peuple uni

Burkina Faso – OSC : « L’heure est grave… Les autorités politiques ont vraisemblablement perdu le Nord », dixit Ben Azise Ouattara du Collectif pour un peuple uni

 

Le Collectif pour un peuple unis (CPPU) était face à la presse ce vendredi 16 juin 2017 à Ouagadougou pour donner sa lecture de la situation nationale et interpeller les burkinabè sur les responsabilités qui sont les leurs dans la construction d’un Etat de droit juste et démocratique. Et selon le Coordonnateur de cette Organisation de la société civile, les institutions de la république sont en déliquescences et les autorités politiques actuelles « ont perdu le Nord ».

Selon le Coordonnateur national du Collectif pour un peuple uni (CPPU), Ben Azise Ouattara, la situation nationale du Burkina Faso est bien plus que préoccupante. Le laxisme, le manque de volonté et l’incompétence des autorités sont à la base de l’ensemble des difficultés que traversent les burkinabè dans leur ensemble. Pour lui, les autorités disent vouloir mettre en œuvre un programme, le PNDES, dans un contexte où tous les indicateurs sont au rouge. Et selon lui, le PNDES n’apportera rien au Burkina Faso et aucun bailleur de fonds ne viendra investir dans un tel contexte. C’est ce qui fait dire au CPPU que le PNDES est un programme mort-né.

Le CPPU estime que l’échec du régime actuel est d’abord celui de toute la vieille classe politique qui dirige le Burkina Faso depuis près de trois décennies. Et au regard de leur échec, Ben Azise Ouattara et ses collaborateurs jugent qu’il faut la renvoyer à la retraite, la bouter hors de la scène politique nationale. C’est pourquoi il a invité les jeunes de tous les compartiments de la société à travailler pour mieux occuper la scène politique afin que 2020 soit l’année où le Burkina Faso réussira à opérer un changement radical.

Le CPPU s’est en outre offusqué de la volonté des gouvernants de s’acheter de nouveaux véhicules alors que les citoyens crient famine et que les Forces de défense et de sécurité manquent de minimum pour accomplir leur mission de sécurisation et de défense du territoire national face aux velléités de remise en cause de l’intégrité du territoire. Ces dépenses relèvent du prestige donc inacceptables.

Le CPPU s’est également penché sur la question de la justice avec notamment la grève illimitée engagée par les Syndicats de la justice et la direction de l’Autorité supérieure du contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC). Et Luc Marius Ibriga n’a pas sa place à la tête de l’ASCE-LC, c’est la conviction de Ben Azise Ouattara.

226infos.net

 

Lire aussi

Assemblée nationale – Session extraordinaire : Les échanges s’annoncent houleux autour de la relecture des textes régissant la Haute cour de justice

  La deuxième session extraordinaire des parlementaires burkinabè s’est ouverte ce mardi 20 juin 2017 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *