jeudi 24 août 2017
Home | ACTUALITES | Malversations à la Police nationale : Quelle suite donner à ce rapport accablant ?

Malversations à la Police nationale : Quelle suite donner à ce rapport accablant ?

Le contenu du rapport d’enquête des services payés de la Police nationale est clair : il y a bel et bien eu malversations des fonds générés par les services payés. Même si les investigations n’ont couvert qu’une seule année (janvier 2016-février 2017), le rapport d’enquête donne tout de même raison aux flics qui avaient eu le courage d’accuser leur hiérarchie de mauvaise gestion. Ainsi leur ministre de tutelle qui avait accédé à l’une des revendications en démettant le DG de la police Lazare Tarpaga de ses fonctions avait également promis que  lumière sera faite.

Et désormais, la lumière est faite : Selon la synthèse du rapport des équipes de l’inspecteur Saidou Zetiyenga, les Services payés ont généré plus de deux milliards de F CFA dont plus d’un milliard FCFA était réservé au personnel. « Des responsables de police se sont partagés des sommes et pas des moindres », ajoute le rapport qui précise, entre autres, que « sur 373 166 064 FCFA alloués à la rubrique fonctionnement, 53% de dépenses ne sont pas justifiées ».

Terminer le travail déjà engagé par des poursuites judiciaires

A l’issue de la restitution des résultats de l’enquête le 17 mai dernier, le ministre Simon Compaoré s’est lui-même rendu à l’évidence : « Les plaintes (Ndlr ; des policiers) étaient bien justifiées ».Maintenant que la vérité est connue, quel traitement réservé à ce dossier ? Sera-t-il malheureusement traité au même titre que les autres rapports d’enquête qui dorment paisiblement dans les tiroirs ? Il faut dire qu’en la matière le Burkina a une très mauvaise réputation incontestée.

Mais cette fois ci, il serait plus judicieux de terminer ce qui a été commencé, c’est-à-dire, engager, au besoin, des poursuites judiciaires à l’encontre des coupables de ces malversations. Ce serait l’unique voie de calmer la troupe qui est loin d’être en odeur de sainteté avec la hiérarchie.

La Rédaction

 

Lire aussi

Attaque terroriste du 13 aout 2017 : Toujours pas de revendication !

  Le 13 aout dernier, le Burkina Faso essuyait une énième attaque terroriste qui s’est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *