vendredi 21 juillet 2017
Home | ACTUALITES | Où est donc passée la langue de la nationale de l’eau et de l’assainissement ?

Où est donc passée la langue de la nationale de l’eau et de l’assainissement ?

 

L’eau est devenue une denrée rare pour les habitants de certains quartiers de la capitale burkinabè. Ces habitants portent leur fardeau au nez et à la barbe de l’Office nationale de l’eau et de l’assainissement qui avait promis la fin des pénuries d’eau dès la fin du premier trimestre de l’année 2017. Les pénuries d’eau peuvent être encore soutenables, mais le silence total de l’ONEA face à ce qu’elle fait vivre aux populations reste irrecevable.

Le tapage fait autour de l’opérationnalisation du barrage de Ziga 2 aura finalement coupé la langue à l’Office nationale de l’eau et de l’assainissement. Les responsables de la nationale de l’eau et de l’assainissement semblaient vouloir proposer le rêve aux populations dans un futur proche, pour leur permettre de mieux supporter les dures réalités du présent.

En 2016, Ziga 2 était encore un projet. Au seuil de la période chaude, les responsables de l’ONEA communiquaient à souhait. Ils avaient pris des dispositions pour élaborer un programme de distribution alternée d’eau dans les différents quartiers de la ville de Ouagadougou afin de permettre aux populations de prendre leur mal en patience, en attendant Ziga 2. L’ONEA ne manquait pas de saisir la moindre occasion pour faire vendre son ambitieux projet. Les coupures d’eau étaient une réalité pour les populations, mais elles les comprenaient au regard des efforts de communication de la nationale de l’eau.

Un an après, les données ont changé. Ziga 2 n’est plus à l’étape de projet. Les populations attendent de donner tort à ceux qui estimaient qu’elles avaient tort de croire aux professions de foi de la nationale de l’eau. Si Ziga 2 est une réalité, il n’a pas encore impacté le quotidien des populations à la hauteur des promesses faites par les responsables de l’Office nationale de l’eau et de l’assainissement. Les temps des coupures d’eau sont de plus en plus longs, certains confessant avoir passé plus de cinq jours sans voir le liquide précieux couler du robinet. Malgré cet état des faits, l’ONEA ne communique pas et donne ainsi l’impression de rester sourde aux cris de détresse de cette population à qui elle avait promis des roses grâce à Ziga 2. La réalisation du barrage de Ziga 2 semble avoir coupé la langue à la nationale de l’eau et de l’assainissement. Il est pourtant utile que les responsables de l’ONEA puissent avoir le réflexe de communiquer afin de permettre aux populations de mieux comprendre les raisons de ces pénuries d’eau. En attendant les conséquences directes et indirectes du barrage de Ziga 2, l’ONEA doit prendre des mesures conservatoires pour épargner ou tout au plus amortir les difficultés que vivent les populations.

226infos.net

Lire aussi

Rapport du Conseil supérieur de la magistrature (CSM): L’UNIR/PS exige la publication du rapport

La commission d’enquête du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) informait l’opinion publique nationale et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *