vendredi 26 mai 2017
Home | ACTUALITES | Alain Formose Gomis : Un modèle et un ambassadeur du cinéma africain

Alain Formose Gomis : Un modèle et un ambassadeur du cinéma africain

Le clap de fin de la 25ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou est intervenu ce samedi 04 mars 2017. Sans grande surprise, Alain Formose Gomis a été consacré Etalon d’or de Yennenga grâce à son film « Félicité ». Dans ses premières réactions, le Sénégalais a eu une pensée pour les cinéastes disparus et invité les pouvoirs publics à soutenir le cinéma, creuset des valeurs culturelles africaines.

C’est des mains des Présidents de la république de Côte d’Ivoire et du Burkina Faso que le Sénégalais Alain Formose Gomis a pris le prestigieux prix de l’Etalon d’Or de Yennenga. Avec ce prix, Gomis marque en lettres d’or son nom dans l’histoire de ce festival en devenant le second réalisateur à avoir remporté à deux reprises le sacre. A 44 ans, le réalisateur Franco-sénégalais porte désormais la double casquette de modèle  à suivre pour les jeunes amateurs du cinéma et surtout Ambassadeur du cinéma africain. C’est d’ailleurs avec cette dernière casquette que l’Etalon d’Or de Yennenga 2017 a invité les pouvoirs publics à soutenir convenablement la production du cinéma.

En lançant cette invite, Alain Gomis pointe ainsi du doigt le problème du financement des productions cinématographiques. Ce problème reste toujours entier en 2017 et demeure l’un des poisons les plus mortels pour le cinéma africain. Il explique partiellement les flops de plusieurs productions. Cependant, il serait de trop que d’affirmer que de colossaux moyens financiers riment avec production de bon film. C’est à partir de là que la question de formation des acteurs du cinéma prend toute son importance.

Si Alain Gomis a pu remporter l’Etalon d’Or de Yennenga c’est moins grâce aux moyens financiers à sa disposition car, il n’est pas évident que « Félicité » est le film le plus cher du Fespaco. Alain Gomis doit son prix à son labeur et à tout le professionnalisme dans lequel s’est inscrite toute son équipe, et surtout « son jeune producteur » dont les qualités ont été vivement saluées par le Président du Jury long métrage.

226infos.net

Lire aussi

Droits de l’homme au Burkina Faso : La situation est « préoccupante » selon l’ODDH

  L’observatoire de la démocratie et des droits de l’homme (ODDH) a rendu public son …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *